Nintendo exige qu'un ancien site illégal lui verse 15 millions de dollars pour avoir volé ses jeux

PIRATAGE Le site RomUniverse est accusé d’avoir distribué gratuitement pendant dix ans des milliers de jeux de la firme japonaise

20 minutes avec agence

— 

Nintendo pense que le créateur du site a cherché à détruire des preuves. (Illustration)
Nintendo pense que le créateur du site a cherché à détruire des preuves. (Illustration) — Pixabay / Various-Photography

Nintendo réclame 15 millions de dollars de dommages et intérêts à RomUniverse, un ancien site pirate qui permettait aux internautes de télécharger illégalement des copies de jeux vidéo. Comme le rapporte Phonandroid, qui reprend une information de Torrent Freak, la firme japonaise a déposé plainte en septembre 2019.

Un abonnement payant

« C’est une affaire très claire de piratage de jeu vidéo, et les faits matériels sont indiscutables, assure l’entreprise. Pendant plus de 10 ans, Matthew Storman [le créateur du site] a posté sur sa plateforme des milliers de copies de jeux Nintendo ». Si la plupart des jeux étaient accessibles gratuitement, RomUniverse proposait en plus un abonnement payant pour pouvoir télécharger à volonté.

L’éditeur de jeux vidéo a exigé que Matthew Storman lui remette des avis d’imposition et des données de téléchargements, ce qu’il a tout d’abord rechigné à faire. Il a finalement accepté d’envoyer ses avis d’imposition, mais a assuré ne pas pouvoir répondre à la deuxième requête.

Destruction de preuves

De la même manière, le créateur du site affirme qu’il n’a plus accès au serveur de la messagerie Discord sur lequel les membres partageaient des informations. Selon Nintendo, il aurait tout simplement détruit des preuves qui auraient pu se révéler compromettantes.

En plus des dommages et intérêts, la société nippone réclame que toutes les copies de jeux crackés soient détruites et que le nom de domaine du site soit supprimé. Matthew Storman n’a pas encore répondu à ces demandes, mais a fait savoir qu’il se défendrait seul, sans avocat.