Nintendo a espionné et fait chanter un hacker qui avait volé des informations sur la 3DS

CHANTAGE ET MENACE La firme japonaise a espionné le hacker pendant plusieurs jours avant de l’approcher pour lui proposer une « collaboration »

20 Minutes avec agence

— 

Le logo de Nintendo (illustration).
Le logo de Nintendo (illustration). — Koji Sasahara/AP/SIPA

Nintendo a beau aujourd’hui lutter contre le harcèlement dans les jeux vidéo, le comportement de l’entreprise japonaise n’a pas toujours été exemplaire. En 2013, la firme aurait même espionné et fait du chantage à un hacker, rapporte Phonandroid.

Ce pirate, surnommé Neimod, détenait des informations sur la nouvelle console Nintendo 3DS, qui n’était pas encore sortie. L’entreprise craignait que le hacker ne fasse fuiter ces informations. La firme a donc commencé à espionner l’homme en utilisant des techniques très douteuses, comme en témoigne un document interne… fuité sur Internet.

Un plan d’approche détaillé

Nintendo a en effet récolté de nombreuses données sur le hacker. L’entreprise était capable de savoir si l’homme se trouvait chez lui et où il se rendait quand il sortait. Elle avait aussi récolté plusieurs informations sur son niveau d’études et d’autres données relevant de la vie privée.

Nintendo était allé jusqu’à élaborer une technique d’approche du hacker afin de faire pression sur lui pour qu’il ne dévoile pas les informations qu’il possédait. Le 15 avril 2013, une équipe de Nintendo est allée à sa rencontre. Le document détaille que les employés avaient pour consigne d’approcher d’abord le pirate « de manière non agressive, professionnelle et courtoise ».

Une entente trouvée avec le hacker

L’idée était ensuite de lui proposer une collaboration avec la firme. Collaboration qui ne pourrait aboutir que si Neimod acceptait de ne pas dévoiler les informations qu’il avait volées. S’il refusait, les employés de Nintendo devaient alors le menacer de poursuites. Une compensation financière devait aussi lui être proposée en échange de son silence.

Il semblerait finalement que Nintendo et Neimod aient trouvé un terrain d’entente. Certaines informations sur la Nintendo 3DS ont fuité cette année-là, mais l’entreprise avait d’abord posé ses conditions afin que ces informations améliorent l’image de marque de la firme. Cette histoire, au contraire, risque de détériorer un petit peu sa réputation.