Aspirateur VB100: Complet, il passe aussi la serpillère à votre place (et le fait bien)

ELECTRO-MENAGER L'aspirateur-balai VP100 de Kobold ne fait pas qu'aspirer, il lave aussi et se révèle très performant mais vous ne le trouverez pas en magasin: il est uniquement vendu à domicile

Christophe Séfrin

— 

Notre test de l'aspirateur-laveur balai VB100 de Kobold — 20 Minutes
  • Kobold, la marque d’entretien des sols du groupe allemand Vorwerk lance son VB100, un aspirateur balai qui fait aussi laveur.
  • L’appareil est pratique et performant, même si parfois un peu lourd dans son maniement.
  • A l’image du Thermomix, l’appareil star de la maison Vorwerk, le VP100 n’est vendu qu’à domicile, une stratégie difficile à tenir en temps de pandémie…

Kobold, la marque de l’entretien du sol du groupe allemand Vorwerk (à l’origine du Thermomix) innove avec son VB100. Cet aspirateur balai se double d’une fonction lavage, offrant ainsi un produit tout en un capable de faire le ménage en un passage. Vendu 1299 euros, l’appareil n’est pas donné, mais ses prétentions sont élevées. Nous avons voulu vérifier s’il tenait bien ses promesses.

La brosse lavante du VP100 de Kobold au travail.
La brosse lavante du VP100 de Kobold au travail. - KOBOLD

Jusqu’à 70 minutes d’autonomie sur batterie

Côté design, il se distingue d’entre tous. Fuselé, le VB100 possède un style bien à lui et se fond dans une époque qui se veut résolument moderne. La couleur blanche rappelle celle du robot culinaire Thermomix, le vaisseau amiral de la flotte Vorwerk. Premier aspirateur balai sans fil Kobold, le VB100 arrive sur un marché disputé où Dyson et son V11 et Miele et son Triflex s’écharpent déjà. Le VB100 joue néanmoins un bon coup sur le sol de la mobilité, puisque sa batterie amovible lui offre une autonomie pouvant atteindre jusqu’à 70 minutes à puissance réduite (une quinzaine de minutes à puissance maximale).

Des sacs bien onéreux

Affirmant sa singularité, l’appareil fonctionne avec un sac jetable. Contrairement à ses concurrents qui disposent d’un collecteur à vider ensuite dans une poubelle (au risque de manger un peu de poussière si l’on s’y prend mal), l’aspirateur Kobold la joue donc hygiénique : il suffit d’extraire le sac de 0,8 litre et de le jeter (les personnes allergiques apprécieront). Contrepartie : des frais additionnels de 3 euros environ le sac ! On en déplore le prix, mais aussi la conception avec une armature en plastique qui, bien que de couleur verte, n’a absolument rien de green !

La brosse simple aspirante du VB100 de Kobold.
La brosse simple aspirante du VB100 de Kobold. - KOBOLD

Pour l’aspiration, le VB100 est fourni avec une classique brosse amovible qui a le mérite d’autoriser à l’aspirateur d’être stocké en position « parking » (il tient debout tout seul). Nos essais révèlent que les performances d’aspiration du VB100 sont plutôt bonnes, mais l’aspirateur n’a pas la puissance du Dyson V11 qui passe vraiment partout sans rechigner (sols durs, tapis, moquettes…), là où le VB100 peut parfois se montrer un peu moins motivé. On note que le moteur est positionné en bas, ce qui, en raison de son poids, peut être contraignant pour nettoyer certaines zones (plafonds…). Miele et son Triflex a eu la bonne idée de proposer un aspirateur dont le centre de gravité peut être déporté en déboîtant le manche : moteurs en bas ou en haut selon les besoins.

Afin de juger de l’efficacité du VB100, nous lui avons notamment fait aspirer des lentilles dispersées sur un carrelage blanc (voir notre vidéo). Un seul passage suffit pour qu’elles soient aspirées et que l’aspirateur laisse place nette. Ce n’est pas tout à fait la même danse avec la brosse hybride, celle qui aspire et lave en même temps : plusieurs passages sont nécessaires pour que toutes nos lentilles soient bien aspirées par les deux bouches d’aspiration de la brosse. Reste la question du lavage.

Un lavage efficace avec… un liquide exclusif

Il s’opère à l’aide de lingettes microfibres (quatre sont fournies pour différents types de sols, dont les parquets). Assez larges, offrant une belle surface de nettoyage, elles s’accrochent sous la brosse hybride, comme avec du Velcro. Le système est très pratique. D’autant que les lingettes peuvent être lavées à 60° lorsque sales.

La brosse aspirante lavante de l'aspirateur VB100 de Kobold.
La brosse aspirante lavante de l'aspirateur VB100 de Kobold. - KOBOLD

Avant le nettoyage, il est nécessaire de remplir un petit réservoir d’eau amovible d’une capacité de 300 ml. On y aura additionné quelques millilitres de Koboclean. Il s’agit du liquide exclusif vendu par Kobold pour son aspirateur. Le constructeur avance que tout autre produit pourrait endommager la brosse. On reste dubitatifs…

Néanmoins, il faudra là aussi prévoir quelques dépenses supplémentaires : de l’ordre de 10 euros par flacon de 400 ml pouvant néanmoins assurer quelques dizaines de lavages. Une fois prête, la brosse se clipse sur le manche de l’aspirateur qui peut, là encore, tenir en station « parking ». La mise en route déclenche la rotation très rapide de la brosse qui s’humidifie de façon très homogène. Constat immédiat : l’aspirateur-laveur VP100 devient dès lors assez lourd à manipuler : près de 6 kg avec la brosse hybride, lorsqu’il ne pèse que 3,3 kg avec la brosse simple. A déconseiller de facto aux personnes âgées ou peu enclines à effectuer le petit exercice de musculation réclamé. Ceci étant, le lavage se révèle parfait. Selon le degré de salissure du sol, une à quatre passes sont nécessaires. Nous avons même utilisé le VB100 pour nettoyer une terrasse carrelée où des pots de fleurs désormais à l’abri de l’hiver avaient laissé leur empreinte estivale. Qui plus est, l’aspirateur-laveur n’utilise que très peu d’eau : le séchage du sol est quasi instantané.

Des ventes déconfinées

A l’arrivée, Kobold signe donc un appareil de très belle facture. Son principal défaut reste sans doute le poids de sa brosse aspirante-lavante qui peut devenir contraignant pour les grands nettoyages. Le coût de ses consommables est aussi à prendre en compte.

Le VB100 de Kobold est vendu uniquement lors de réunions avec un conseiller local.
Le VB100 de Kobold est vendu uniquement lors de réunions avec un conseiller local. - KOBOLD

Comme le veut la politique maison (la même que pour le Thermomix), cet appareil n’est pas en vente dans le commerce. Il est néanmoins possible de le découvrir en atelier virtuel où en présence d’un conseiller local et lors d’une réunion à domicile. Un procédé qui a déjà porté ses fruits. C’est ainsi que Vorwerk a assuré le triomphe de son Thermomix… avant le confinement.