Test aspirateur iRobot Roomba i7+: Après avoir tout aspiré, le robot vide son sac tout seul

ROBOT Alors que les ventes des aspirateurs robots repartent à la hausse en France, iRobot lance son Roomba i7 +, robot ingénieux qui vide automatiquement son collecteur sur sa base et se programme pour nettoyer en priorité les pièces qui en ont vraiment besoin

Christophe Séfrin

— 

Le Roomba i7+ vide son collecteur de poussière sur sa base à chaque recharge.
Le Roomba i7+ vide son collecteur de poussière sur sa base à chaque recharge. — IROBOT
  • iRobot, le numéro un mondial des aspirateurs robot, lance son Roomba i7+.
  • Vendu 1199 euros, ce nouvel aspirateur robot se veut le «plus innovant jamais conçu» selon son constructeur.
  • Ainsi, à chaque recharge sur sa base, il vide automatiquement la poussière qu’il a collectée dans un sac qui n’aura à être remplacé qu’une fois pas mois.

C’est la course à l’innovation chez les fabricants d’aspirateurs robots. Le numéro un mondial iRobot doit faire face à la concurrence acharnée des fabricants Neato ou  Ecovacs qui proposent des appareils d’un très bon rapport qualité/prix. En France, le marché des aspirateurs robot connaît d’ailleurs un regain d’intérêt avec des ventes en hausse de 15 % en 2018 selon le Gifam. En 2019, c’est donc sur le terrain de l’innovation que le nouvel aspirateur Roomba i7 + d’iRobot veut porter le fer.

Selon iRobot, il s’agirait de « l’aspirateur robot le plus innovant jamais conçu ». Lancé cette semaine, nous avons déjà pu l’utiliser plusieurs journées durant.

Un robot que l’on ne manipule plus

C’est sur la base d’un aspirateur connecté, pouvant se piloter et/ou se programmer avec un smartphone ou à la voix grâce à Google Assistant ou Alexa d’Amazon, qu’iRobot a construit son Roomba i7 +. Avec l’idée d’utiliser ce robot un mois durant sans jamais avoir à le toucher. Son secret ? Le i7 + possède une base de recharge un peu spéciale. Celle-ci est surmontée d’un large réceptacle dans lequel se cache un sac d’aspirateur. Lorsque le robot finit son nettoyage et vient se recharger, un ingénieux système lui permet de se délester de la poussière contenue à bord de son petit collecteur dans ce fameux sac.

Plus de collecteur à vider

Bien qu’habitués à utiliser déjà un aspi robot (le Roomba 980), cette nouveauté nous a bien intrigués. Car jusqu’à présent, nous devions régulièrement vider le collecteur de poussière de notre aspirateur. Une corvée ? Oui, car cette opération propre à tous les aspirateurs robot, oblige à mettre les doigts dans le collecteur pour en extraire cheveux, poils d’animaux, miettes de pain, et autres résidus de galettes de rois. Pire : même effectué avec soin, ce vidage dispersait un peu de fine poussière dans son environnement.

Le Roomba i7+ se pilote depuis une application ou à la voix.
Le Roomba i7+ se pilote depuis une application ou à la voix. - IROBOT

 

Notre astuce consistait d’ailleurs à réaliser cette opération à l’extérieur, à vider le collecteur dans un sac plastique puis, à souffler dessus (si possible dans le sens du vent !) pour le débarrasser de la poussière résiduelle accrochée à ses parois… Fin du système D.

Une idée qui n’est pourtant pas nouvelle

Testé durant plusieurs jours, le Roomba i7 + joue ainsi les bons élèves. A chaque fois qu’il vient recharger sa batterie (une pause syndicale après une heure de travail environ), l’appareil se vide de ses saletés. Pour cela, il dispose d’une petite trappe qui vient se positionner sur une trappe identique située sur sa base. Lorsque la présence du i7 + est détectée, la base aspire ce que le robot a collecté de cochonneries et les évacue dans le sac qu’elle contient. L’opération, qui dure 5 secondes environ, est un peu bruyante. Et la base est également peu voyante et encombrante (49 x 18 x 15 cm). Il faut donc trouver un endroit discret, proche d’une prise secteur, pour la loger.

Mais une fois délesté de sa cargaison, le Roomba i7 + peut repartir au taf sans que l’on ait à le nettoyer. Seule manipulation : le remplacement du sac de la base, environ une fois par mois. Le i7 + peut ainsi s’y vider une trentaine de fois selon iRobot. Ce sac est d’ailleurs bien conçu : lorsqu’on l’extrait, un clapet en referme automatiquement l’ouverture, empêchant une partie de la poussière contenue de prendre la tangente.

Une révolution ? L’idée n’est pas nouvelle. Ecovacs avait déjà pensé à un concept proche avec son DR98 lancé en 2016 (toujours en vente sur le web à 799 euros environ) : le robot se vide sur une base où est posé un petit aspirateur cyclonique. Lequel aspire le contenu du collecteur du DR98 à chaque passage…

Cartographie intelligente

Autre innovation du i7 + : une cartographie intelligente. Là où le Roomba 980 cartographiait son espace de jeu pour effectuer un nettoyage général sans rien oublier, le i7 + effectue les mêmes repérages, mais propose ensuite à son utilisateur de choisir la pièce qu’il souhaite nettoyer.

Le Roomba i7+ cartographie son intérieur et permet de choisir la pièce que l'on veut nettoyer.
Le Roomba i7+ cartographie son intérieur et permet de choisir la pièce que l'on veut nettoyer. - IROBOT

 

Il suffit de la sélectionner soit dans l’appli, soit avec l’assistant vocal embarqué. Un vrai plus : une cuisine a besoin d’être aspirée quotidiennement, ce qui n’est pas le cas d’un salon, par exemple.

Reste le prix du Roomba i7 + : 1199 euros. Autant dire un bras. Il n’est pas le plus cher : Dyson et son 360 Eye fait grimper l’addition à 1399 euros.

Quand faire le ménage devient un vrai luxe…