Premier smartphone: Quel modèle acheter à son ado sans se ruiner?

SMARTPHONE Pour les budgets serrés en cette rentrée, « 20 Minutes » a testé et sélectionné cinq smartphones performants vendus de 129 à 279 euros pour la rentrée des classes

Christophe Séfrin

— 

Cinq smartphones à moins de 300 euros pour équiper son ado à la rentrée — 20 Minutes
  • L’achat d’un smartphone fait désormais partie des investissements de rentrée considérés comme indispensables (surtout par les ados), au même titre que les cahiers, les stylos et les masques chirurgicaux.
  • Equiper son ado pour la première fois sans se ruiner reste possible, les fabricants se disputant le très convoité marché des terminaux d’entrée de gamme à grand coup d'offres attractives.
  • Pour vous aider dans votre choix, «20 Minutes» a sélectionné cinq smartphones vendus de 129 euros à 279 euros: les Motorola e6 Plus, Xiaomi Redmi Note 9, Oppo A9, Realme 6 et Samsung Galaxy A51.

Ils rêvent des futurs iPhone 12 d’Apple ou Galaxy Note 20 de Samsung mais, premier équipement et budget serrés obligent, leur premier smartphone ne ressemblera pas tout à fait aux nouveautés branchées du moment… Pour la rentrée des classes de nos ados, 20 Minutes déconfine cinq terminaux vendus moins de 300 euros qui ne démériteront pas face au matos de leurs petits copains devant les portes du collège.

A 129 euros, le Motorola e6 Plus : pour bien débuter

Pour une centaine d’euros seulement, la marque propriété de Lenovo propose un smartphone d’entrée de gamme pouvant parfaitement convenir en premier équipement. Pour le collège, le e6 Plus (64 Go/4 Gb) s’affiche avec un design qui ne fait pas « cheap » : écran de 6,1’’/15,49 cm (1570 x 720 pixels) avec discret poinçon dissimulant le capteur à selfies (8 mégapixels), coque arrière à l’allure métallisée (mais en plastique)…

Le Motorola e6 Plus est un basique vendu une centaine d'euros.
Le Motorola e6 Plus est un basique vendu une centaine d'euros. - MOTOROLA

Les prises de vues se contentent d’un double module arrière avec capteur principal de 13 mégapixels et capteur de 2 mégapixels (pour la profondeur de champ). Le 6e Plus livre des images à la qualité certes ordinaire, mais bien suffisante pour les partages sur les réseaux sociaux. Il filme en 1080p (à 30 images par seconde). Son autonomie reste basique avec sa batterie de 3000 mAh (amovible !), mais le smartphone accompagnera l’enfant jusqu’à son retour à la maison…

A 189 euros, le Xiaomi Redmi Note 9 : champion sur l’autonomie

Spécialiste des smartphones chics et pas chers, Xiaomi met son savoir-faire au service de Redmi Note 9, un smartphone à écran de 6,5’’/16,5 cm vendu moins de 200 euros (128 Go/6Gb). A ce tarif, pas d’écran OLED à l’horizon, mais une très conventionnelle dalle IPS Full HD + (2400 x 1080 pixels) qui remplit finalement sa mission, avec une colorimétrie bien dosée.

Le Redmi Note 9 de Xiaomi met la gomme sur son autonomie avec sa batterie de 5020 mAh.
Le Redmi Note 9 de Xiaomi met la gomme sur son autonomie avec sa batterie de 5020 mAh. - XIAOMI

Roulant des mécaniques avec ses quatre modules photo arrières, le Redmi Note 9 se satisfait de photos plutôt correctes, épaulées par un capteur principal de 48 mégapixels. Celui-ci utilise la technique du pixel binning : les prises de vues sont effectuées en 12 mégapixels (chaque pixel étant composé de quatre sous-pixels). A l’arrivée, les images sont belles, notamment en basse lumière. De son côté, un module ultra grand-angle assure le service pour photographier groupes, monuments, mais pêche singulièrement dans des conditions d’éclairage difficiles. Le capteur de 13 mégapixels convoqué pour les selfies livre, lui, des photos parfaitement instagrammables. Attention : pas de 4K à l’horizon : les vidéos tournées le sont en Full HD, jusqu’à 30 images/seconde.

Bon point, enfin, pour l’autonomie du smartphone qui, lesté d’une batterie de 5020 mAh, franchit haut la main le cap d’une journée d’usage, même dans des conditions d’utilisation intensives.

A 199 euros, l’Oppo A9 : surprenant en photo

La marque chinoise Oppo a surpris tout le monde pendant le confinement avec son excellent Find X II Pro haut de gamme. Parallèlement, elle se démarque sur les smartphones d’entrée de gamme et le prouve avec cet A9 (128 Go/4 Gb) de belle facture.

L'Oppo A9 se défend en photo avec des prises de vues très détaillées.
L'Oppo A9 se défend en photo avec des prises de vues très détaillées. - OPPO

Le grand écran (6,5’’/16,5 cm) de l’appareil se déverrouille à l’aide d’un lecteur d’empreinte digitale ou par reconnaissance faciale, ce qui est un petit plus à ce tarif. Dommage que sa définition ne soit que HD + (1600 x 720 pixels), ce qui plombe légèrement la bonne impression d’ensemble. Embarquant le processeur Snapdragon 665 de Qualcomm, l’appareil est paré pour toutes les missions et peut s’acquitter honorablement de longues séances sur Fortnite sans que sa fluidité malgré tout un peu contrainte soit un véritable obstacle…

Bonne surprise sur deux points : la photo et l’autonomie. Avec ses quatre modules arrières (intégrant un capteur principal de 48 mégapixels, un capteur ultragrand-angle de 8 mégapixels et des capteurs pour le Portrait et la photo noir et blanc), l’Oppo A9 capture nativement des photos en 12 mégapixels. Elles utilisent là aussi la technique du pixel binning pour capturer davantage de lumière. La richesse des détails offerte dans les images est assurément à mettre au crédit du A9. Une fois désactivé le mode « beauté », le module photo avant et ses 16 mégapixels promettent des selfies précis et naturels.

La prise de vues en 4K est un plus, tous les smartphones vendus autour de 200 euros ne le proposant pas. Quant à l’autonomie du A9, sa batterie de 5.000 mAh comblera les plus gourmands en passant le cap de la journée d’utilisation. Mais gare : le smartphone ne dispose pas de système de charge rapide.

A 229 euros, le Realme 6 : bien placé pour le jeu vidéo

Parti depuis quelques mois à la conquête du marché français, le Chinois Realme veut s’y faire une place à coups de smartphones d’un bon rapport performances/prix. Bien que très « plastique », ce Realme 6 (64 Go/4Gb) se distingue d’abord par son large écran de 6,5’’/16,5 cm à la définition Full HD + (2400 x 1080 pixels).

Le Realme 6 est le seul à proposer un écran de 90 Hz à ce niveau de prix.
Le Realme 6 est le seul à proposer un écran de 90 Hz à ce niveau de prix. - REALME

Cette aire de jeu idéale pour la vidéo comblera aussi les fans de gaming. A cela, deux raisons : un taux de rafraîchissement de la dalle du Realme 6 de 90 Hz (plus fluide que les 60 Hz conventionnels) et l’intégration d’une puce graphique (Mali-G76 MC4), particulièrement véloce pour ce type d’usage.

Le capteur principal de 64 mégapixels du Realme 6 livre des images de qualité très correcte. Et bonne surprise la nuit : le smartphone s’en sort comme un grand, avec des photos bien définies et pas trop bruitées. Comme souvent dans cette gamme de prix, le module ultragrand-angle (119°) et ses 8 mégapixels se contente du minimum syndical et peine à vraiment convaincre. Deux autres capteurs (pour le mode Portrait et pour la photo Macro) font de la figuration. En 16 mégapixels, la précision des selfies reste garantie.

Avec 4300 mAh, la batterie du Realme 6 se place en deçà de celle de certains de ses concurrents, mais le système de recherche rapide de 30W de l’appareil lui autorise un plein complet en 60 minutes. Portons enfin au crédit du smartphone un emplacement pour deux cartes SIM et une carte MicroSD autorisant une extension de mémoire jusqu’à 256 Go.

A 279 euros, le Samsung Galaxy A51 : son écran Amoled fait la différence

Plus cher que ses rivaux, le Samsung A51 (128 Go/4Gb) justifie notamment son surcoût par l’intégration d’un écran Amoled de 6,5’’/16,5 cm au format 20 : 9e (un peu allongé). Clairement, la qualité d’affichage s’avère bien supérieure aux modèles précédemment cités et peut mériter une cinquantaine d’euros d’investissement supplémentaire.

Le Samsung Galaxy A51 se distingue notamment par son grand écran Amoled.
Le Samsung Galaxy A51 se distingue notamment par son grand écran Amoled. - SAMSUNG

Tenant parfaitement en main, le A51 se révèle plutôt performant en photo. Ses quatre modules arrières (avec capteurs de 48, 12, 5 et 5 mégapixels) permettent tous types de prises de vues. Nous avons notamment apprécié la photo macro, même si l’autofocus est automatique et contraint un peu l’utilisateur à plusieurs prises de vues d’un même sujet pour obtenir une photo nette…

Alignant 32 mégapixels à l’avant, le A51 se transforme en machine à selfies avec la possibilité, comme toujours chez Samsung, de selfies de groupes. La captation vidéo s’établit, elle, en 4K jusqu’à 30 images par seconde.

Bémol de taille à l’enthousiasme général : l’autonomie du terminal. Se contentant d’une batterie de 4000 mAh, le Galaxy A51 tient à peine une journée ! Même si sa recharge rapide de 15W lui assure une recharge complète en 90 minutes, le smartphone fait quand même clairement moins bien que ses concurrents sur ce terrain. Il faudra donc se contenter d’un usage modéré, ce qui n’est pas un problème tant qu’on est dans l’enceinte du collège où son usage reste le plus souvent restreint.