Google va de nouveau écouter les commandes vocales prononcées par les utilisateurs de Google Assistant

GOOGLE Google introduit une option qui permettra aux utilisateurs de désactiver les écoutes de leurs échanges avec Google Assistant

Jennifer Mertens pour 20 Minutes

— 

Google va reprendre les écoutes des commandes vocales de ses utilisateurs
Google va reprendre les écoutes des commandes vocales de ses utilisateurs — Geeko

L’été dernier, nos confrères de la VRT ont révélé que des employés de la firme américaine écoutaient et étudiaient les conversations enregistrées par l’assistant virtuel de Google. À la suite de ces révélations et du scandale qu’elles ont créé, Google avait décidé de mettre son programme d’écoute en pause. Or, il semblerait que la firme américaine soit sur le point de reprendre ses écoutes.

Plusieurs utilisateurs de Google Assistant ont en effet reçu un mail leur indiquant que Google allait reprendre l’écoute de leurs échanges avec son assistant virtuel. L’objectif de ces écoutes est toujours d’améliorer la qualité des services de Google Assistance, notamment ses technologies de reconnaissance vocale.

Les utilisateurs pourront décider

Mais pour le grand retour de son programme, la firme de Mountain View joue la carte du consentement puisque les utilisateurs pourront choisir d’activer ou non ce programme, comme elle l’avait annoncé. Celui-ci sera d’ailleurs désactivé par défaut. Les utilisateurs qui souhaitent participer à l’amélioration de l’assistant virtuel devront activer l’option d’écoute. Google offre également plus de contrôle sur leurs données personnelles à ses utilisateurs en leur permettant de supprimer à tout moment leurs enregistrements audio.

Google n’était pas la seule entreprise à avoir été prise la main dans le sac. Les révélations concernant les écoutes par des employés de la firme des conversations entre ses utilisateurs et Google Assistant avaient suivi celles concernant les pratiques d’Amazon par rapport à son assistant virtuel Alexa. Microsoft et Apple faisaient également partie des entreprises à écouter les échanges entre leurs utilisateurs et leur assistant virtuel respectif (Cortana et Siri), de même que Facebook via Messenger. Dans le cas d’Apple, la firme de Cupertino avait rapidement mis en pause son programme avant d’ajouter une option de consentement à activer par ses utilisateurs.