Apple licencie plus de 300 personnes après le scandale des écoutes Siri

SCANDALE Les employés n’ont bénéficié que d’une semaine de préavis avant de perdre leur emploi

20 Minutes avec agence

— 

Illustration Apple
Illustration Apple — Pixabay / jankuss

Plus de 300 salariés qu’Apple avait chargés d’écouter des conversations entre des utilisateurs et Siri ont été licenciés ce vendredi. Ces personnes, employées par des sous-traitants, devaient analyser et évaluer la qualité des réponses apportées par l’assistant vocal.

Les employés licenciés étaient des contractuels travaillant à Cork (Irlande). Ils n’ont bénéficié que d’une semaine de préavis. Des collaborateurs travaillant pour d’autres sous-traitants d’Apple en Europe ont eux aussi perdu leur emploi, dévoile The Guardian.

« Est-ce que seule leur réputation compte ? »

C’est déjà le média britannique qui avait, dévoilé fin juillet, l’existence de ce système d’écoutes mis en place par Apple. Des employés avaient confié être régulièrement amenés à entendre des échanges privés, voire intimes. Des révélations qui avaient poussé le géant américain à suspendre le programme dans un premier temps, avant d’y mettre définitivement fin.

A Cork, les employés avaient été mis en congés payés le 2 août dernier. Ils ont ensuite appris leur licenciement. Beaucoup d’entre eux se sont vus expliquer que la charge de travail avait diminué à la suite d'une « erreur technique ». « Ils font ce qu’ils veulent et quand votre projet est terminé ou quand ils merdent (comme ce qui s’est passé là), ils disent au sous-traitant de vous renvoyer, dénonce l’un d’eux, interrogé par The Guardian. Est-ce qu’ils ont pensé une seule seconde à protéger leurs employés ? Ou est-ce que seule leur réputation compte ? »