Google Assistant: Vos conversations avec une enceinte connectée peuvent aussi être écoutées

ESPIONNAGE Google affirme que les identités des utilisateurs concernés sont masquées et que seuls 0,2 % des enregistrements effectués sont écoutés

20 Minutes avec agence

— 

L'enceinte Google Home, lancée en France en août 2017.
L'enceinte Google Home, lancée en France en août 2017. — GOOGLE

Google Assistant, le système d’aide via l’enceinte connectée du géant américain, permettrait aux employés d’un sous-traitant d’écouter les utilisateurs. Mais aussi d’enregistrer et de conserver leurs conversations, affirme le média belge VRTdans une enquête publiée mercredi. Un lanceur d’alerte a ainsi procuré aux journalistes un millier de fichiers audio captés aux domiciles de clients belges francophones et néerlandophones.

Comme Amazon et Alexa, récemment accusés de non-respect de la vie privée, Google explique écouter les échanges des utilisateurs de son assistant vocal. Sur sa page d’aide, la firme de Mountain View écrit en effet noir sur blanc que l’activation du dispositif en prononçant « Ok Google » ou en appuyant sur l’icône micro déclenche un enregistrement.

Les identités des utilisateurs seraient inaccessibles

Si une douzaine de salariés belges et des milliers de leurs collègues ailleurs dans le monde écoutent ces conversations, c’est pour améliorer l’efficacité de Google Assistant, ont indiqué plusieurs sources à VRT. Notamment pour étudier les paroles que l’objet intelligent n’a pas comprises et qui nécessitent alors d’être récupérées sous leur forme audio ou leur transcription écrite, précise Le Figaro.

Face à ces révélations, Google a réagi en affirmant que les identités des utilisateurs concernées étaient remplacées par des chiffres et inaccessibles par les sous-traitants. La société californienne assure également que 0,2 % de l’ensemble des enregistrements effectués sont en fait écoutés.