Belgique : Une maison construite à l’aide d’une imprimante 3D

IMMOBILIER Cette maison de 90 mètres carrés habitables sur deux étages a été entièrement imprimée

Charlotte Rabatel pour 20 Minutes

— 

Une maison construite à l’aide d’une imprimante 3D en Belgique
Une maison construite à l’aide d’une imprimante 3D en Belgique — Geeko

KampC, le centre provincial de Westerlo pour la durabilité et l’innovation dans la construction a travaillé sur ce projet de maison en 3D. L’impression elle, a été gérée par les étudiants de l’école Thomas More.

Pourquoi c’est une première mondiale

Des maisons confectionnées à partir d’imprimante 3D, ce n’est pas une première. Ici, le projet est remarquable parce qu’il a été imprimé en une seule pièce. D’habitude, les pièces sont imprimées puis assemblées sur un lieu donné. Cette maison a donc été construite sur place, en une seule impression.

L’imprimante a été installée un matin. Elle a ensuite démarré son travail sans intervention humaine. Avec 6 à 8 h d’impression par jour, il a fallu environ deux semaines pour voir naître cette maison.

Une maison témoin qui n’est pas à vendre

« C’était une étude, un projet européen », précise Piet Wielemans. Le projet est lancé en 2016. KampC a cherché des collaborateurs et a notamment trouvé des étudiants ou des petits entrepreneurs tournés vers l’environnement. Les grands instituts en revanche s’en détournent. Pour eux, ce type de projet « ça ne marche pas, ça c’est dans dix ou vingt ans qu’il y aura quelque chose », explique l’architecte.

Mais les étudiants sont ambitieux : « Le but n’était pas la maison. A partir de la recherche, on a fantasmé avec les étudiants pour faire des choses impressionnantes ». Ces fantasmes ont donné naissance à cette maison 3D, un projet qui atteint ces objectifs.

« C’est pour prouver que c’est possible ou pas, explique Piet Wielemans. En Flandre on ne connaît pas le système, aucune personne n’est intéressée », selon lui. Deux semaines après le lancement de l’impression, on peut imaginer que les réactions seront différentes. « On a réussi maintenant, tout le monde sait que ça fonctionne », conclut l’architecte.