Les smartphones de la crise (1/4) : Que vaut l’iPhone SE d’Apple lancé en plein confinement

SMARTPHONE Pour moins de 500 euros, le nouvel iPhone SE d’Apple offre un bon rapport qualité prix, même si ses caractéristiques se révèlent un peu datées

Christophe Séfrin

— 

L'iPhone SE (2020) est-il déjà dépassé? — 20 Minutes
  • Lancé le 24 avril 2020, en plein confinement, l’iPhone SE passerait sans doute inaperçu s’il n’était l’iPhone le moins cher du marché.
  • Lancé à partir de 489 euros (en 64 Go), ce smartphone coche toutes les cases sur le papier : prix relativement accessible, vélocité grâce à la puce haut de gamme de la marque à la pomme, mais aussi promesse d’une réelle qualité photo, et recharge sans fil.
  • Qu’en est-il à l’essai ? « 20 Minutes » s’est confiné avec ce smartphone que beaucoup attendaient.

C’est l’iPhone le moins cher sur le marché. Et pour 489 euros (en 64 Go), ce smartphone coche toutes les cases sur le papier : prix relativement accessible, vélocité grâce à la puce haut de gamme de la marque à la pomme, promesse d’une réelle qualité photo, recharge sans fil…

Qu’en est-il à l’essai ? « 20 Minutes » s’est confiné avec ce smartphone que beaucoup attendaient.

Le temps semble s’être arrêté en 2017

Découvrir l’iPhone SE flambant neuf, quatre ans après sa première édition, c’est un peu faire œuvre d’archéologue. A l’heure des écrans géants bord à bord et des smartphones qui multiplient les modules photo comme l’Oppo Find X2 Pro, le nouveau terminal semble tout droit sorti du passé. Format compact (138,4 x 67,3 x 7,3 mm), écran de 4,7’’, bouton Touch ID pour déverrouiller l’appareil… le temps a l’air de s’être arrêté en 2017, année de l’ iPhone 8. Trois ans, c’est peu. En téléphonie, c’est une éternité.

De larges bandes noires anachroniques

D’entrée, on retrouve le monde d’avant : le petit format qui tient parfaitement en main (et la poche de notre jean qui semble s’être agrandie !) ; le déverrouillage par empreinte digitale et non par reconnaissance faciale ; l’unique module photo au dos de l’appareil. Ah, tiens : la face arrière de l’iPhone SE 2020 est désormais en verre et permet la recharge par induction. On apprécie.

L'iPhone SE 2020 ne dispose que d'un seul capteur photo arrière.
L'iPhone SE 2020 ne dispose que d'un seul capteur photo arrière. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

Autre différence visuelle : la prise mini-jack disparaît au profit de la prise « maison » Lighting d’Apple… qui ne fournit pas d’adaptateur. On apprécie moins. De son côté, la dalle de l’iPhone SE 2020 offre une définition limitée (1334 x 750 pixels), mais petite diagonale d’écran oblige, elle ne contrarie pas les usages. On peut néanmoins déplorer les larges bandes noires, notamment présentent en haut et bas de l’image qui, pour le coup, nous ramènent vraiment à une autre époque !

Les performances du meilleur des iPhone

Ce que le design presque vintage de l’iPhone SE 2020 ne dit pas dehors, c’est qu’Apple a aussi – et heureusement — changé des choses dedans. Le constructeur a commencé par intégrer à son nouveau smartphone son processeur haut de gamme, la puce A13 Bionic (attelée à 3 Go de mémoire vive). Ce processeur va permettre à l’iPhone SE 2020 d’offrir des prestations dignes de celles des iPhone 11, les smartphones dernier cri de la marque. Navigation, jeux vidéo, traitement des images… le nouveau venu est, comme nous l’avons constaté durant des heures et des heures à laisser le temps filer en plein confinement, un smartphone qui dépote et qui n’a absolument pas à rougir face à la concurrence. Ce que ne dit pas non plus visuellement l’iPhone SE, c’est qu’il est étanche (norme IP67). Un progrès, par rapport à sa précédente génération qui ne l’était pas.

De belles photos sous dérogation

Attestation de déplacement dérogatoire en poche (mais où est la case « Test du nouvel iPhone » ?), nous nous sommes aventurés à l’extérieur dès le mois d’avril pour juger de sa qualité photo. Et c’est pas mal, même si l’unique module de 12 mégapixels (f/1.8) semble bien seul à l’arrière du smartphone. Et si les photos livrées ne sont pas exactement à la hauteur de smartphones mieux armés.

Des photos qui restent de belle facture, même si elles ne sont pas au niveau de celles de smartphones plus perfectionnés.
Des photos qui restent de belle facture, même si elles ne sont pas au niveau de celles de smartphones plus perfectionnés. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

Ici, pas de photo macro, de grand-angle ou d’ultra-grand angle, et encore moins de Mode Nuit. Tout juste Apple propose-t-il le mode Portrait (avec flou à l’arrière du sujet) que le constructeur avait été le premier à initier. Avouons-le : si notre rétine est aujourd’hui habituée à bien mieux (du point de vue de la richesse des détails, de la qualité d’image en basse lumière ou, tout simplement, en possibilités créatives), l’iPhone SE 2020 prend des photos de belle facture. La plupart de ses utilisateurs s’en satisferont probablement.

A l’avant, le capteur de 7 mégapixels (f/2.2) sera lui un peu juste. Une fois encore, ce sont les détails qui pâtissent de cette bien volontaire limitation technique. Petite compensation : les selfies peuvent profiter du mode Portrait, alors que c’était impossible avec l’iPhone 8. A l’usage, ces autoportraits sont plutôt réussis, même si en termes de détourage des cheveux, des smartphones aux qualités techniques supérieures font mieux.

Les selfies pris avec l'iPhone SE 2020 sont réussis mais moins détaillés qu'avec l'iPhone 11.
Les selfies pris avec l'iPhone SE 2020 sont réussis mais moins détaillés qu'avec l'iPhone 11. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

Néanmoins, nous nous sommes amusés à réaliser les mêmes selfies avec l’iPhone SE et avec l’iPhone 11 Pro (12 mégapixels en façade) : les détails sont évidemment plus présents avec l’iPhone 11 Pro, mais la qualité du détourage reste d’un niveau équivalent avec les deux smartphones.

Trop juste pour les apéros ?

Petite déception sur l’autonomie du SE 2020 durant les semaines du confinement : avec sa batterie de 1821 mAh, le smartphone a peiné à passer le cap de nos apéros virtuels du soir menés quotidiennement en Face Time. Une recharge s’est vite avérée nécessaire sitôt la conversation (et notre bouteille) achevées.

Quatre ans après la précédente itération de son premier iPhone SE, cette version 2020 du smartphone le moins cher de la firme à la pomme reste indiscutablement un bon produit. Son côté déjà vintage, sa petite taille d’écran et sa batterie étriquée risquent de freiner quelques ardeurs. Apple le sait mais possède aussi des arguments pour séduire une clientèle qui n’aura pas envie ou qui ne pourra pas dépenser plus, mais aussi pour draguer dans le camp Android où ceux qui rêvent de croquer la pomme pourraient se laisser tenter.

489 euros en 64 Go, 539 euros en 128 Go et 659 euros en 256 Go.