Amérique du Nord : Airbnb propose aux propriétaires de se munir de dispositifs de détection sonore

SURVEILLANCE Les appareils sur lesquels Airbnb propose des promotions détectent les volumes sonores inhabituels, en avertissant le propriétaire du logement

20 Minutes avec agence

— 

Airbnb et les dispositifs « anti-fête »
Airbnb et les dispositifs « anti-fête » — Pixabay

Airbnb propose aux propriétaires de logements mis en location dans le monde entier une réduction sur différents modèles d’appareils de contrôle du niveau sonore. Certains utilisateurs de la plateforme ont ainsi reçu un mail de l’entreprise jeudi, rapporte Vice, qui reprend un article publié par Vice Canada. Le message leur suggérait de profiter de l’offre pour « anticiper la protection [du] logement contre les fêtes non-autorisées ».

Les dispositifs mis en avant par Airbnb sont conçus pour fonctionner 24 heures sur 24 et alerter les propriétaires en cas de bruit anormalement élevé. Les appareils présentés comme « trois des meilleurs dispositifs de prévention des fêtes » coûtent de 48 à 243 euros environ. Les locataires des habitations dans lesquelles ils ont été installés doivent cependant être avertis de la présence de ces systèmes de surveillance, insiste le géant de la location entre particuliers.

Et les données personnelles ?

Les machines ne sont pas équipées de caméra ni de fonctionnalités d’enregistrement audio, assure la société. L’une d’elles, commercialisée par le fabricant Minut, détecte également les changements de température et les mouvements, explique BFMTV. Les défenseurs de la vie privée expriment cependant des doutes sur l’absence d’enregistrement mais aussi sur ce qu’il advient des informations recueillies.

« Comment ces données sont manipulées, transmises et traitées, c’est là que ça se complique », estime le chercheur en sécurité Daniel Cuthbert. Le spécialiste s’interroge sur l’accès par des tiers aux informations stockées. Nils Mattisson, PDG de Minut, explique de son côté que l’entreprise a fait le choix de ne pas collecter ni transmettre de données personnelles. Il s’agit pour lui du « meilleur moyen de préserver la vie privée ».