Airbnb, Trip Advisor… L'ONU identifie 112 sociétés liées aux colonies israéliennes

NAME AND SHAME Provoquant le courroux d'Israël, les Nations-Unies ont publié une « liste noire » de compagnies exerçant sur ces colonies, considérées comme illégales

20 Minutes avec AFP

— 

En 2018, un militant palestinien lance des pierres sur des troupes israéliennes, au Nord de la bande de Gaza.
En 2018, un militant palestinien lance des pierres sur des troupes israéliennes, au Nord de la bande de Gaza. — WISSAM NASSAR/CHINE NOUVELLE/SIPA

Elles s’appellent Airbnb, Expedia ou Trip Advisor et figurent sur une nouvelle « liste noire ». L’ONU a en effet publié ce mercredi une liste de 112 sociétés avec des activités dans les colonies israéliennes, considérées comme illégales par le droit international.

« J’ai conscience que ce sujet a été, et continuera d’être, matière à controverse », a prévenu la Haut-Commissaire aux droits de l’Homme de l’ONU Michelle Bachelet, tout en soulignant que ce rapport se « basait sur des faits ». Ce document « traduit l’attention sérieuse qui a été apportée » à ce travail « sans précédent et particulièrement complexe », a-t-elle ajouté dans un communiqué.

« Pas un processus judiciaire »

Ce rapport répond à une résolution de 2016 du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU demandant une « base de données de toutes les entreprises engagées dans des activités particulières liées aux colonies israéliennes dans les Territoires palestiniens occupés ».

Cette liste « ne constitue pas, et n’entend pas constituer, un processus judiciaire ou quasi judiciaire », précise le communiqué, en référence implicite aux craintes israéliennes de la voir servir de base à des boycotts.

Israël fulmine, les Palestiniens se réjouissent

Parmi les noms cités se trouvent des entreprises internationales de premier plan comme Airbnb, Alstom, Booking.com ou Motorola Solutions. Parmi elles, 94 ont leur siège en Israël, et 18 autres se répartissent entre six pays différents. Plus de 300 sociétés ont été passées en revue pour ce rapport, supposé être publié il y a trois ans et régulièrement reporté. La liste publiée mercredi en identifie finalement 112, pour lesquelles « il y a des bases raisonnables pour conclure qu’elles ont été impliquées dans une ou plusieurs activités particulières référencées » dans la résolution de 2016.

Dans une réaction, le ministère des Affaires étrangères d’Israël a qualifié cette liste de « reddition honteuse aux pressions de pays et d’organisations qui veulent causer du tort à Israël ». Il se félicite toutefois que « la majorité des pays (ait) refusé de joindre cette campagne de pression politique ».

A l’inverse, les Palestiniens ont célébré l’initiative des Nations-Unies. Ces derniers ont salué cette publication. « Publier cette liste d’entreprises et d’entités qui opèrent dans les colonies est une victoire pour le droit international et nos efforts diplomatiques afin d’assécher les puits du système colonial incarné par les colonies illégales dans les Territoires palestiniens occupés », a ainsi déclaré Riyad al-Maliki, le chef de la diplomatie palestinienne.