Une université américaine vérifie la présence des étudiants grâce à une application

SURVEILLANCE L’établissement a fait l’objet de nombreuses critiques

Jennifer Mertens pour 20 Minutes

— 

Le smartphone affecte la productivité au travail
Le smartphone affecte la productivité au travail — Geeko

Pour beaucoup d’universités, la présence aux cours n’est pas obligatoire. C’est une manière de responsabiliser les étudiants. Mais certaines ne partagent pas cette politique, notamment l’Université du Missouri, aux Etats-Unis. L’institution universitaire américaine a récemment mis en place un système plus moderne que le crayon et le papier pour savoir quels élèves étaient présents ou absents, elle a introduit une application mobile baptisée SpotterEDU, rapporte le Kansas City Star.

À l’origine, l’application de présence n’était utilisée que pour les athlètes de l’université et pour les étudiants en difficulté scolaire, mais son utilisation vient d’être étendue à l’ensemble des étudiants. Ces derniers auraient d’ailleurs été obligés d’installer l’application sur leur smartphone.

Une accusation à laquelle l’établissement scolaire a répondu dans un communiqué, affirmant qu’à aucun moment elle n’avait obligé ses étudiants à installer l’application. « L’Université du Missouri mène un projet pilote de l’application SpotterEDU avec environ 20 cours ce semestre. La participation au pilote, offerte à moins de 2 % des étudiants MU, est entièrement facultative. Si un étudiant ne veut pas utiliser l’application pour suivre sa fréquentation, il devra se renseigner [manifester sa présence] auprès de son professeur par une autre méthode, comme la signature d’une feuille de présence », a précisé l’université le 28 janvier dans un communiqué relayé par The Verge.

Un dispositif des plus intrusifs

L’établissement a également expliqué comment fonctionnait l’application. Celle-ci repose sur le Bluetooth pour vérifier la présence des étudiants en classe et non le GPS, ce qui signifie qu’elle n’a pas la capacité de pister les élèves. Quand ils rentrent en classe, un récepteur note leur présence. L’université peut savoir à n’importe quel moment si tel ou tel étudiant est bien en classe. Si ce n’est pas le cas, l’étudiant reçoit une alerte sur son téléphone.

Bien que l’université n’ait pas accès à la géolocalisation de ses étudiants, le recours à une application pour vérifier leur présence ne plaît pas. Pour certains, c’est une première étape vers des procédés plus intrusifs.

L’Université du Missouri n’est pas le premier établissement scolaire à faire appel à la technologie pour s’assurer de la présence de ses élèves en classe. Plusieurs écoles américaines utilisent déjà ce type d’applications, de même qu’en Chine.