Lille : Un dispositif connecté déployé dans la ville pour aider les aveugles à mieux s’orienter

SOCIETE Une société du Havre a développé une solution basée sur des balises Bluetooth couplées à une application mobile

Mikaël Libert

— 

Une personne aveugle (illustration).
Une personne aveugle (illustration). — G. VARELA / 20 MINUTES
  • La société havraise RightHear a mis en place un outil connecté pour aider les non-voyants à s’orienter seuls.
  • Une balise Bluetooth envoie des informations vers une appli sur smartphone.
  • Le dispositif fonctionne en extérieur et intérieur sans réseau téléphonique et vient d’être installé dans un premier établissement à Lille.

Une technologie pour améliorer le quotidien des personnes malvoyantes. Après un déploiement à Rennes, la société havraise RightHear a installé ce vendredi sa première balise lilloise dans une brasserie de la place de la Gare. Ce petit objet connecté, couplé à une application pour smartphones, doit aider les personnes aveugles ou malvoyantes à s’orienter dans l’espace public et privé, aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur. Explications.

« Grâce au GPS de mon téléphone, je n’ai aucun problème pour me rendre où que ce soit. C’est une fois arrivé que cela se complique », raconte Nicolas Karasiewicz, responsable d’une société d’insertion lilloise et aveugle de naissance. Debout devant la façade du restaurant Les 3 Brasseurs, à Lille, il explique que : « Si je ne suis pas accompagné d’un voyant, je vais avoir du mal à trouver la porte d’entrée sans demander de l’aide. »

Trouver la porte d’entrée, les toilettes ou lire un menu

Tout va changer avec le nouveau dispositif de RightHear. « Ce restaurant dispose d’une balise qui va envoyer des informations vocales sur le téléphone de la personne déficiente visuelle dès qu’elle s’en approchera, détaille Olivier Albaz, fondateur de la société havraise. L’objet est autonome et fonctionne grâce au Bluetooth, ce qui lui permet de fonctionner même sans réseau téléphonique. L’utilisateur de l’application n’aura plus qu’à se laisser guider. » Il y a plusieurs niveaux d’informations, le premier consistant à informer sur la localisation et à décrire les équipements présents à proximité comme les ascenseurs, les escaliers, etc.

Mais le plus intéressant est ailleurs : « L’application me décrit oralement ce qui se trouve dans la direction vers laquelle je pointe mon téléphone. Cela permet notamment de trouver les portes d’entrées facilement dans des bâtiments qui ont des façades très larges », poursuit Nicolas. Dans les cafés ou restaurants, par exemple, le paramétrage de la balise peut permettre d’indiquer la direction des toilettes et même de lire le menu.

L’application mobile est gratuite pour les utilisateurs. En revanche, l’établissement qui souhaite installer une balise devra s’acquitter d’un abonnement annuel de 200 euros. « Il ne faut pas oublier que les déficients visuels sont aussi des consommateurs. L’investissement est vite rentabilisé parce qu’il ramène des clients et fait bénéficier d’une communication positive », insiste Olivier Albaz.

Cet aspect business et marketing, non seulement Nicolas y souscrit, mais il l’encourage : « c’est sans doute le meilleur argument pour convaincre les entreprises et les commerçants d’installer des balises. Le but est d’équiper le plus d’endroits possible pour que la solution soit vraiment intéressante », martèle le non-voyant. Après Les 3 Brasseurs, c’est la salle de concerts, l’Aéronef, qui va investir dans une balise RightHear. « Chaque endroit accueillant des êtres humains pourrait mettre en place ce système pour que les déficients visuels puissent se rendre partout en toute autonomie », rêve le fondateur de RightHear. Un marché infini.