VIDEO. S52: Que devient le smartphone Caterpillar quand on le soumet à rude épreuve?

CRASH TEST « 20 Minutes » a testé le smartphone S52 de Caterpillar, censé résister à l’eau, aux chocs et aux températures extrêmes

Christophe Séfrin

— 

Le CAT 52 est un smartphone étanche et résistant aux chocs, même sur le béton.
Le CAT 52 est un smartphone étanche et résistant aux chocs, même sur le béton. — CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES
  • CAT, la branche téléphonie du fabricant de pelles mécaniques Caterpillar, lance son S52, un smartphone résistant en milieu hostile.
  • S’il tient ses promesses quand à ses capacités à tenir le choc face aux chutes, à l’eau, à la poussière et aux températures extrêmes, il possède aussi quelques faiblesses.
  • Processeur un peu paresseux, photos correctes mais sans plus plombent un peu l’usage d’un appareil vendu près de 500 euros tout de même.

Vous connaissez Caterpillar ? A l’origine, il s’agit d’un fabricant d’engins de chantier, comme des pelles mécaniques. Associée à une forte image de robustesse, « Cat » s’est lancé dans la diversification de produits, avec des boots, des vestes de sport et même des smartphones*, tous supposés super-costauds. Le CAT S52 est le nouveau terminal « résistant » du constructeur. Nous avons mis en chantier un test et creusé un peu pour savoir ce qu’il valait.

Les promesses de résistance tenues

La résistance du CAT S52 ne fait guère de doute à l’essai. A la norme IP68, l’appareil tient le choc face au sable, à la poussière et aux salissures. Il résiste à l’immersion jusqu’à 1,5 mètre durant au moins 35 minutes et aux chutes sur le béton jusqu’à 1,5 mètre. Nous l’avons fait tomber à plusieurs reprises (même face contre sol), lui avons fait boire la tasse, l’avons submergé de béton (!)… sans que le CAT 52 ne cesse de fonctionner. Néanmoins, quelques marques apparaissent: des griffures sur son contour métalique et des micro rayures sur son écran. Le S52 est costaud, mais pas invulnérable.

La CAT 52 peut résister aux mauvais traitements.
La CAT 52 peut résister aux mauvais traitements. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

Le smartphone a également passé une nuit à se les geler dans notre congélateur, CAT garantissant une compatibilité avec les différences de températures basses et hautes entre -25°C et +55°C jusqu’à 24 heures. Au réveil, le smartphone répondait bien à l’appel.

Une esthétique perfectible

La plupart des attentes en milieu hostile semblent donc comblées. Reste qu’avec le CAT 52, on est loin du raffinement en termes de design des smartphones du moment. Massif, épais (9,69 mm, contre 9,1 mm pour le Oppo A5 ou 8,5 mm par le Xiaomi Mi A3, par exemple), on sent cependant qu’il tente de se rapprocher des codes actuels de la téléphonie mobile.

Le CAT 52 est équipé d'un unique capteur arrière de 12 mégapixels.
Le CAT 52 est équipé d'un unique capteur arrière de 12 mégapixels. - CAT

Son écran de 5,65’’/14,35 cm est entouré de bordures métalliques vissées dont on imagine qu’elles jouent les protections rapprochées. La coque arrière en plastique mat avec quelques striures n’aura évidemment pas l’effet visuel des coques irisées de certains smartphones tape à l’œil, comme chez Honor et son 9X. Elle aura cependant deux mérites : ne pas collecter les traces de doigts et participer à une meilleure préhension du produit.

Un processeur assez peu véloce

Sous Android 9 (avec mise à jour vers Android 10), le CAT 52 s’utilise avec une bonne aisance. Son lecteur d’empreinte digitale à l’arrière tombe instantanément sous l’index et déverrouille le smartphone en un éclair. Testé le doigt mouillé, le déverrouillage se solde cependant systématiquement par un échec. En verre Gorilla Glass 6, l’écran accroche le doigt et la navigation peut ainsi manquer de fluidité. C’est sans doute ici le prix à payer pour un écran résistant à des chutes multiples et qui, pour le coup, sera aussi praticable avec des doigts humides, voire des gants. Ce n’est pas efficace à 100 %, mais cela fonctionne.

L'écran du S52 est recouvert de verre Gorilla Glass 6 résistant à plusieurs chutes;
L'écran du S52 est recouvert de verre Gorilla Glass 6 résistant à plusieurs chutes; - CAT

En HD + (1440 x 720 pixels), l’écran est suffisant pour la majorité des usages même si nous avons trouvé qu’il pouvait manquer d’un peu de luminosité. Autre bémol : le processeur embarqué (Helio P35 Octo-Core cadencé à 2.3 GHz) n’est pas des plus vigoureux. Il s’agit d’un modèle de milieu de gamme de la marque MediaTek que l’on retrouve généralement sur des smartphones chinois à bas coût, comme le Xiaomi Mi Play, l’Oppo A8 ou le Honor Play 8A. Sa batterie de 3100 mAh est correcte, sans plus : une journée d’autonomie en usage régulier.

Des photos de facture honnête mais limitées

Equipé d’un unique module photo frontal, le CAT 52 réalise des prises de vues honnêtes. Avec son capteur Sony de 12 mégapixels (f/1.8), l’appareil produit des belles photos aux premiers plans parfaitement détaillés. Nos différents essais permettent d’obtenir des images avec un bon niveau de précision.

Les détails sont plutôt bien restitués.
Les détails sont plutôt bien restitués. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES
Les premiers plans soignés, des arrières-plans bruités.
Les premiers plans soignés, des arrières-plans bruités. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES
Les arrières plans manquent d'homogénéité dans leur traitement.
Les arrières plans manquent d'homogénéité dans leur traitement. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

Mais si l’on y regarde de près, les arrières plans laissent béton et arborent un bruit qui témoigne d’un traitement d’image insuffisant. A l’avant, le capteur frontal de 8 mégapixels s’accommode bien de conditions de lumières correctes : les autoportraits s’avèrent précis et là aussi détaillés. Si le CAT n’éprouve aucune difficulté en extérieur pour nous tirer le portrait, c’est une autre histoire en basse lumière : le lissage opéré sur le visage par le smartphone pousse un peu trop loin son effet « Botox » et gomme les défauts de peau et autres ridulines…

Presque seul dans son univers

Vendu 455 euros environ (64 Go), le Cat S52 reste donc un smartphone résistant mais aux performances moyennes. Il n’aura pourtant guère de concurrent sur son chemin dans cette catégorie de produit et de prix. Chez Crosscall (son rival désigné) l’Action-X3 est à 349 euros, mais si sa batterie va un peu plus loin (3500 mAh), son écran est plus petit (5’’), moins défini (1080p), moins solide (Gorilla Glass 4)… bref, c’est un modèle déjà ancien sous Android 7…

Pour des spécificités et un tarif se rapprochant de ceux du S52, il faut se fournir sur le marché du smartphone reconditionné où l’on trouve le Trekker-X4 à 499 euros. Reste que derrière le CAT S52, ce ne sont pas les développeurs des marteaux-piqueurs de Caterpillar qui sont à la manoeuvre. « CAT » est une licence de marque confiée à Bullitt Mobile Limited qui fabrique et commercialise ses smartphones dans 70 pays. Dans un même esprit, la firme développe également des smartphones sous l’estampille Land Rover et même Kodak Ektra

* Caterpillar est également le titre d’une chanson d’Alain Souchon !