Fairphone 3: Le smartphone éthique et durable peut-il lutter face à l’iPhone 11 et aux autres?

DURABLE Le troisième smartphone de Fairphone, livré avec un tournevis pour pouvoir être simplement démonté et réparé, peut-il rivaliser avec les nouveautés des grandes marques

Christophe Sefrin
— 
Fairphone 3: Le smartphone éco-responsable au banc d'essai — 20 Minutes
  • Alors que la fin de l’été sonne la rentrée des nouveaux iPhone 11, Samsung Galaxy Note 10 et Huawei Mate 30, la marque éthique et durable Fairphone oppose son Fairphone 3.
  • Vendu 450 euros, entièrement démontable, avec des composants que chaque utilisateur peut lui-même remplacer, ce smartphone veut durer dans le temps. En plus, il s’avance avec une approche éthique et responsable autour des matières premières utilisées et de ses employés.
  • Offrant des prestations honnêtes, le Fairphone 3 offre cependant un rapport performances/prix moyen qui impose un véritable engagement personnel si l’on veut s’équiper.

Le pot de terre contre le pot de fer. Alors que les lancements de nouveaux smartphones se succèdent, la firme néerlandaise Fairphone lance la troisième version de son smartphone  éthique. Et elle n’hésite pas à le clamer, elle veut « changer le monde ».

Le Fairphone 3, « le téléphone qui ose être responsable », selon Fairphone, déboule alors qu’Apple avance ses nouveaux  iPhone 11, que Samsung dégaine son Galaxy Note 10, et que Huawei s’apprête à dévoiler ce jeudi 30 septembre à Munich son Mate 30 avec écran incurvé.

Un outil et quelques vis…

Lancé à 450 euros*, la particularité du Fairphone 3 est notamment d’être un smartphone entièrement démontable. But : permettre à tout un chacun de remplacer en quelques minutes un composant défaillant sans avoir à solliciter un réparateur, voire (pire !), à renoncer à une éventuelle réparation pour une question de coût. Chiche ?

Fourni avec un tournevis, l’appareil ressemble à un OVNI, alors que les constructeurs de smartphones ne nous laissent même plus de remplacer la batterie de leurs terminaux mobiles par nos propres moyens. Le Fairphone 3, lui, se bidouille hyper facilement. Nous avons désossé la bête et constaté que toute opération de réparation était très facile. Même pas besoin de plan de montage, juste d’une paire d’yeux pour jouer les bricoleurs.

Des composants à remplacer simplement

Une fois le capot arrière du Fairphone 3 retiré, il y a au maximum 22 petites vis à extraire pour accéder à un composant défaillant et le remplacer. Tous peuvent se commander sur le site du constructeur et restent abordables financièrement.

Une nouvelle batterie ? Celle-ci est facturée 29,95 euros. Un module photo ? 49,95 euros. Le haut-parleur ? 19,95 euros. Quant à l’écran, il vous en coûtera 89,95 euros pour le remplacer vous-même. Attention, pas question d’attaquer les circuits imprimés au fer à souder : seuls des modules simples (mais capitaux !) peuvent être remplacés.

L’idée de Fairphone n’est pas de faire des acheteurs de ses produits des chirurgiens du smartphone, mais de leur mettre dans les mains un équipement durable, qui puisse franchir le cap des classiques 2 à 3 ans de vie au-delà duquel peu de terminaux mobiles peuvent prétendre survivre…

Des performances moyennes

Reste à savoir ce que vaut le Fairphone 3 là où ses concurrents se livrent à une surenchère technologique permanente. Avouons-le, le Fairphone 3 est un smartphone plutôt ordinaire. Sous Android 9, il dispose d’un écran LCD de 5,65’’/14,35 cm (2160 x 1080 pixels), d’un capteur photo arrière de 12 mégapixels (f/1.8) avec possibilité de vidéo en 4K (jusqu’à 30 images/seconde), et d’un capteur avant de 8 mégapixels.

Les photos que nous avons prises avec le Fairphone 3 sont correctes, mais on sent bien que le traitement d’image reste basique. Sa batterie n’est « que » de 3000 mAh. Quant à son processeur, il s’agit d’un modèle à 8 cœurs (Snapdragon 632). On trouve le même sur les Motorola Moto G7, le Honor 8C et une foule de smartphones Xiaomi, comme le  Redmi 7, autant de terminaux d’entrée gamme… vendus moins de 200 euros. Sa mémoire interne est de 64 Go (avec 4 Gb de Ram). Elle est extensible par carte microSD.

Ethique, mais pas toc, le Fairphone 3 n’est pas un foudre de guerre, mais il ne démérite pas. Si l’on fait abstraction de son design on ne peut plus commun (voire massif), et de ses limitations techniques, c’est un appareil parfaitement fréquentable, même s’il est un peu daté. Si son rapport performances/prix n’est pas à son avantage, il peut cependant répondre à un désir de changement auprès de nombreux utilisateurs qui n’auront que faire du dernier smartphone à la mode. Et qui, en bons colibris, ont aussi envie d’apporter leur pierre à la protection de la planète sans changer de smartphone au gré des saisons.

* Sur l​e site du constructeur et en exclusivité chez Orange.

Ethique en plus?

Limiter l’impact sur l’environnement fait partie de la stratégie de Fairphone. Le constructeur n’offre pas de chargeur ni de câble de recharge avec son Fairphone 3 (on doit bien en avoir un quelque part…). Par ailleurs, le Fairphone utilise autant que possible des matériaux équitables et tracés, la marque arguant vouloir oeuvrer pour le bien de la planète mais aussi pour le bien de ses employés.