Brevet des collèges 2019: Edouard, l’appli qui corrige (et explique) les exercices de maths

EDUCATION Une start-up nantaise vient de sortir « la première application dotée d’une intelligence artificielle capable d’expliquer et dérouler la résolution d’un exercice de géométrie »

Julie Urbach

— 

L'appli Edouard sait résoudre des exercices de géométrie niveau 3e
L'appli Edouard sait résoudre des exercices de géométrie niveau 3e — J. Urbach/ 20 Minutes
  • Edouard est une nouvelle appli pour smartphone destinée aux élèves de 3e.
  • Elle contient une banque de plusieurs centaines d’exercices de géométrie, mais propose aussi de scanner son propre énoncé.
  • Grâce à l’intelligence artificielle, l’élève peut accéder aux étapes de raisonnement et au résultat.

« PLI est un triangle tel que : PL = 5 cm, PI = 6 cm, LI = 8 cm. Ce triangle est-il rectangle ? » Vous, votre fils, ou n’importe quel élève de 3e de votre entourage sèche devant cet exercice ? C’est peut-être à cause de la canicule mais aussi parce que de nouvelles révisions s’imposent. Alors que le brevet des collèges a été reporté à lundi prochain, une nouvelle appli (gratuite, avec une version premium à 4,90 euros par mois pour toutes les fonctionnalités) pourrait être bien utile pour les élèves encore un peu largués en mathématiques.

Edouard, c’est son nom, se présente comme « la première application dotée d’une intelligence artificielle capable d’expliquer et dérouler la résolution d’un exercice de géométrie ». Disponible depuis quelques semaines sur Androïd, elle contient une banque de plusieurs centaines d’exercices et corrections, mais propose aussi d’autres fonctions plutôt originales : avec son téléphone, il est possible de scanner l’énoncé de son propre manuel (ou de le saisir). Toutes les étapes du raisonnement se déroulent ensuite une à une avant le résultat.

« Edouard est un assistant pédagogique, qui comprend quel est le problème et sait l’expliquer pas à pas, assure Stéphane Mbinky, directeur général de la start-up nantaise Pidièse, basée à Orvault. L’idée n’était pas uniquement de donner la solution, mais proposer des indices pour que l’élève puisse progresser ». Théorème de Thalès, trigonométrie… Pour l’instant, seules ces notions de géométrie étudiées en 3e sont assimilées par Edouard. Pour l’énoncé cité en haut de l’article, c’est la réciproque du théorème de Pythagore que l’appli va utiliser (et au fait, non, le triangle n’est pas rectangle).

Langage naturel et langage mathématiques

Deux ans de travail ont été nécessaires à l’équipe de Pidièse (sept personnes) pour donner naissance à Edouard. Grâce à des dizaines de milliers d’énoncés, il a fallu d’abord lui apprendre plein de formules, mais aussi énormément de mots (et leurs synonymes). « La complexité, c’est qu’Edouard doit savoir différencier langage naturel et langage mathématiques, détaille Stéphane Mbinky. Ce n’est pas comme les QCM que l’on trouve en ligne : il doit cerner la question, identifier de quel chapitre il s’agit, comprendre s’il doit calculer, donner le nom d’une droite, etc. Puis donner les étapes de compréhension. »

La semaine prochaine, après le brevet, Edouard sera enrichi de notions d’arithmétiques et de divers correctifs. En septembre, des exercices pour les niveaux 5e et 4e seront ajoutés, et une version pour iPhone doit voir le jour. Une fonction parentale (avec la possibilité de n’afficher que les indices et non les réponses) sera également créée, afin qu’Edouard ne devienne pas un moyen de faire ses devoirs sans se décarcasser. Mais la start-up espère enfin convaincre des établissements scolaires d’expérimenter sa solution en classe. « Edouard ne remplacera pas les professeurs mais justement, il peut les aider à travailler en groupes, sur un nouveau support », espère Stéphane Mbinky, diplômé de Polytech Nantes, qui a lui même donné des cours de maths à domicile pendant plusieurs années.

Alors que le marché du soutien scolaire est particulièrement juteux en France, Pidièse espère, à terme, convaincre quelque 300.000 utilisateurs.