Lorraine: Il met au point une appli d'intelligence artificielle pour aider son fils souffrant de dyspraxie

INNOVATION Un père de famille lorrain a développé l'assistant Irissia, pour venir en aide d'abord à son fils souffrant de dyspraxie visuo-spatiale

Alexia Ighirri

— 

Lorraine: Avec Irissia, il met au point une appli d'intelligence artificielle pour son fils souffrant de dyspraxie visuo-spatiale
Lorraine: Avec Irissia, il met au point une appli d'intelligence artificielle pour son fils souffrant de dyspraxie visuo-spatiale — Fawzi Ziane / Irissia
  • Après huit années de développement, l' intelligence artificielle mise au point par Fawzi Ziane, développeur en informatique en Lorraine, pour venir en aide à son fils souffrant de dyspraxie visuo-spatiale.
  • Grâce à l'application Irissia, l'enfant est plus autonome, en l'aidant à faire ses devoirs et à s'organiser. Mais avec plus de 1.200 tâches et quelque 14 millions de lignes de code, Irissia ne s’adresse pas qu’aux enfants. Les personnes souffrant d'Alzheimer ou les pures têtes en l'air peuvent y trouver leur compte.

« Yanis, tu dois préparer ton sac », « il est l’heure de partir au collège »… L’assistant mobile ne manque à aucun rappel. Parce qu’après huit années de développement, Irissia est prête. C’est le nom de l' intelligence artificielle mise au point par Fawzi Ziane, développeur en informatique en Lorraine, pour venir en aide à son fils souffrant de dyspraxie visuo-spatiale. C’est-à-dire que l’adolescent, aujourd’hui âgé de 13 ans, « a du mal à se repérer dans l’espace-temps. Si on lui dit qu’il doit partir dans dix minutes, il ne sait pas à quoi correspondent dix minutes. Il peut rencontrer des problèmes de mémoire à court terme », explique son père.

Au fil des ans, ce dernier a développé des logiciels pour l’aider, d’abord, à apprendre à livre et écrire. « On a vu qu’il avait des difficultés à l’école à 5 ans. On a essayé de comprendre, mais ce n’était pas évident, on ne savait pas ce qu’il avait au départ », poursuit Fawzi Ziane. L’idée a été de regrouper tous ces petits outils en une seule intelligence artificielle.

« Elle le rend plus autonome »

Voilà comment est née Irissia qui prend la forme aujourd’hui d’une application mobile (ainsi que pour montre connectée) sous Android et bientôt sur iOS (payante pour le moment). Yanis, qui suit une scolarité classique, l’utilise tous les jours depuis deux ans. « Elle lui rappelle ce qu’il doit faire, elle le rend plus autonome. Ça soulage les parents. Et elle permet aussi de répondre à la frustration que l’enfant peut avoir en voyant les autres réussir à travailler facilement », souligne encore le père de famille.

Si elle aide à l’organisation dans le privé, Irissia se tait à l’école : « Le téléphone se bloque automatiquement. Irissia laisse juste ouverte une liste de numéros d’urgence à appeler en cas de problème, mais on ne peut pas sortir de l’application », indique son concepteur.

Avec plus de 1.200 tâches actuellement et quelque 14 millions de lignes de code, l’appli ne s’adresse pas qu’aux enfants. « Un de mes voisins a un début d’Alzheimer, raconte le Lorrain. Irissia peut lui demander s’il a bien pris ses médicaments ou s’il n’a pas oublié ses clés au moment de sortir de la maison. »

Par extension en fait, Irissia peut être utile à toutes les têtes en l’air, puisqu’elle peut mémoriser une liste de courses à laquelle toute la famille peut contribuer ou encore votre place de parking : il suffira alors de lui demander de vous y ramener en cas de trou de mémoire.