Canicule: Le brevet des collèges est reporté aux 1er et 2 juillet

EDUCATION Le ministre de l’Education nationale a annoncé des mesures exceptionnelles ce lundi

Delphine Bancaud

— 

Une candidate au bac le 17 juin 2019 au lycée Pasteur de Strasbourg.
Une candidate au bac le 17 juin 2019 au lycée Pasteur de Strasbourg. — FREDERICK FLORIN / AFP

Mieux vaut prévenir que guérir. Des records de chaleur pour un mois de juin sont attendus cette semaine, le jour le plus chaud étant prévu jeudi. Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale, a ainsi annoncé ce lundi lors d’une conférence de presse que les épreuves du brevet des collèges, initialement prévues les 27 et 28 juin, étaient reportées aux 1er et 2 juillet en France métropolitaine ainsi qu’à Mayotte et à La Réunion. Les candidats de Guyane, Guadeloupe et Martinique composeront comme initialement prévu les jeudi 27 et vendredi 28 juin

De nouvelles convocations vont être envoyées aux élèves. Il a précisé que l’ordre des épreuves serait identique au programme original. Le ministre a indiqué que les sujets de secours allaient être utilisés pour les épreuves. En cas d’empêchements majeurs, conséquences de ce calendrier modifié, « certains élèves pourront participer à la session de septembre », a déclaré Jean-Michel Blanquer. Les collégiens d’Outre-mer passeront, eux, les épreuves selon les dates prévues à l’origine, à savoir jeudi et vendredi de cette semaine.

« On ne transige pas avec la sécurité des élèves »

« C’est la première fois que nous avons à assumer de telles chaleurs alors qu’il y a encore des cours et des examens », a déclaré le ministre. « Il est impensable de laisser composer des élèves dans une atmosphère étouffante. On ne peut pas transiger avec la sécurité des élèves », a ajouté le ministre.

En revanche, il n’y a pas de modification pour les autres épreuves du bac, car les dernières épreuves écrites se déroulent ce lundi. Idem pour les oraux de Français qui sont prévus toute la semaine. « L’exposition des élèves étant bien moindre, il a été décidé de les maintenir », indique-t-on rue de Grenelle. Les chefs de centre devront prendre toutes les dispositions nécessaires permettant d’assurer une passation des épreuves dans de bonnes conditions.

Ce mardi matin, la FCPE avait déclaré son inquiétude par rapport à la tenue du brevet en fin de semaine. Mais selon la fédération des parents d’élèves, cette situation aurait dû être anticipée. Une réflexion qu’a fustigée Jean-Michel Blanquer, qui a déploré sur BFMTV​ « une vaine polémique ». « On est tous dépendants de la science météorologique. Nous nous y prenons avec plusieurs jours d’avance et c’est une mesure de bon sens », a-t-il déclaré.