La DGSE cherche un stagiaire pour pirater les chats de «Fortnite» et «World of Warcraft»

JEUX VIDEO Le candidat devra accéder aux échanges entre joueurs se déroulant dans les espaces de discussions des jeux en ligne...

20 Minutes avec agence

— 

Fortnite connaît un succès fulgurant : 125 millions de personnes y jouent dans le monde.
Fortnite connaît un succès fulgurant : 125 millions de personnes y jouent dans le monde. — DELETREE/SIPA

« Fortnite » n’emballe pas que les passionnés de jeu. La Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) s’y intéresse également. Le service de renseignement français souhaiterait avoir accès aux échanges entre joueurs sur les chats des jeux en ligne.

« PUBG », « World of Warcraft », « League of Legends » ou « Counter Strike » sont également visés, rapporte Le Monde. Pour cette mission, la DGSE recherche un stagiaire, doté d’un profil technique, pour une durée de six mois. L’offre a été envoyée à des dizaines d’écoles spécialisées.

Le stagiaire devient pirate

Le stagiaire aura trois objectifs : « effectuer une cartographie » des principaux jeux multijoueurs, en identifiant les failles informatiques déjà découvertes ; effectuer un tri pour cibler deux jeux particulièrement intéressants afin d'« extraire des signatures réseau » (soit des éléments techniques permettant à la DGSE de repérer les échanges entre joueurs) ; et enfin se transformer  en pirate pour accéder à ces conversations.

Pour le ministère des Armées, les jeux vidéo multijoueurs sont « détournés de leur utilisation première ». Les moyens de communication sont utilisés « de manière furtive afin d’échanger de l’information spécifique », précise l’offre. Des informations qui intéressent les services de renseignement.

Cette offre de stage pourrait être une sorte de test. En effet, il est fort probable que la DGSE parvienne déjà à infiltrer les jeux en ligne. Mais le service de renseignement cherche continuellement à grossir ses rangs. En 2019, il compte bien recruter 400 profils techniques, notamment dans les technologies numériques.