On a testé Google Max: La nouvelle enceinte intelligente de Google au son carrément grave!

AUDIO Un an après Google Home, place à Google Max. La nouvelle enceinte intelligente de la firme de Mountain View veut enfin proposer du bon son. 20 Minutes a pu la tester avant sa sortie...

Christophe Séfrin

— 

L'enceinte Google Max est lancée à 399 euros.
L'enceinte Google Max est lancée à 399 euros. — GOOGLE
  • Google lance son enceinte intelligente Google Max ce 30 septembre.
  • Vendue 399 euros, la petite sœur des enceintes Google Home et Google Mini se distingue par sa puissance sonore et ses basses.
  • Si celles-ci sont très présentes, le son de la Max reste globalement bon.

Et une, et deux et trois ! Après Google Home et Google Mini, voici Google Max. Déjà sortie aux Etats-Unis, la nouvelle enceinte intelligente de la firme de Mountain View est lancée en France ce 30 septembre 2018.

Dans la famille des enceintes Google, je voudrais... la Mini, la Home, et la Max.
Dans la famille des enceintes Google, je voudrais... la Mini, la Home, et la Max. - GOOGLE

Vendue 399 euros (en noir ou blanc), elle est 50 euros plus cher que l’enceinte HomePod d’Apple lancée avant l’été. Pointée pour la qualité audio assez médiocre de ses premières enceintes avec assistant personnel, Google est attendu au tournant.

La Play : 5 de Sonos dans le viseur

Visuellement, Google Max ressemble beaucoup à l’enceinte Play: 5 de Sonos (579 euros), la rivale désignée, dont elle reprend les codes esthétiques. Comme elle, elle peut se placer à l’horizontale ou à la verticale.

Google en profite pour tacler son concurrent, indiquant que lorsque l’on change la position de la Max, « aucun pied en caoutchouc n’apparaît là où il ne faut pas ». Et toc ! A la place, Google a eu l’idée d’une petite base caoutchoutée, genre tapis de souris, qui s’aimante sous la surface de l’enceinte que l’on posera sur un meuble.

Deux boomers, deux tweeters et six micros embarqués dans Google Max.
Deux boomers, deux tweeters et six micros embarqués dans Google Max. - GOOGLE

 

Pas de bouton apparent : il suffit de glisser les doigts sur le dessus de l’appareil pour modifier le volume ou, tout simplement, de demander gentiment à l’enceinte de s’en charger : « OK Google, baisse le son de 20 % ». Pour se distinguer, Google a élaboré une technologie baptisée Smart Sound.

Grâce aux six petits micros répartis par paires sur trois côtés de l’enceinte, celle-ci va adapter sa restitution sonore à son environnement. Pas de calibration manuelle, à effectuer, comme avec le procédé TruePlay de Sonos. Avec l’aide d’une application, celui-ci impose de parcourir smartphone en main la pièce où l’on a installé son enceinte afin de la calibrer.

>> A lire aussi : Les 10 questions qu'on se pose forcément sur les enceintes intelligentes

Avec Smart Sound, Google se rapproche de ce que fait Apple avec son enceinte HomePod : elle aussi s’adapte automatiquement à son environnement, ce qui est évidemment plus pratique.

Des graves surdosées

Une fois en place et configurée en quelques minutes à peine avec l’application Google Home, la Max est prête à faire la fête. On peut soit lire de la musique en Bluetooth (« OK Google, active le Bluetooth »), ou en streaming avec l’un des multiples services musicaux compatibles : Google Play Music, YouTube Music, Deezer, Spotify… Une entrée audio auxiliaire est même embarquée.

>> A lire aussi : La HomePod d’Apple est-elle la meilleure ou la pire des enceintes intelligentes?

Constat : la Max en fait… un max. L’enceinte s’affirme avec une puissance très significative et des graves franchement marquées, pour ne pas dire surdosées. Ambiance Beats Audio… Ses deux boomers (22 mm) et sa paire de tweeters (1,8 cm), laissent assez peu de place aux médiums. Il reste possible d’affiner les réglages à travers l’application Google Home, mais on ne peut influer que sur les basses et les aigus. Pas d’égaliseur digne de ce nom, ce qui est un peu dommage à 399 euros… Et l’on peut pousser le volume jusqu’à environ 70 % de son maximum tout en conservant une restitution audio sans distorsion.

Une petite base aimantée se place sous l'enceinte et lui sert de socle, à l'horizontale ou à la verticale.
Une petite base aimantée se place sous l'enceinte et lui sert de socle, à l'horizontale ou à la verticale. - GOOGLE

 

Incontestablement, le son de la Google Max est globalement bon, charnu, mais assez brut. A titre de comparaison, la Play : 5 de Sonos propose un rendu plus fin ; la HomePod d’Apple, elle, plus chaleureux, avec des voix plus naturelles. De son côté, Google Assistant peut être convoqué à tout instant, même si, contrairement aux affirmations du constructeur, il faut quand même pousser de la voix pour le réveiller lorsque la musique est forte. La Max ne restera sans doute pas longtemps parmi les seules enceintes intelligentes de gros calibre. Le salon IFA qui vient d’ouvrir ses portes à Berlin, devrait permettre à Sony, Samsung, JBL et les autres de monter le son et de dévoiler leurs nouvelles enceintes avec assistant personnel.