Voiture autonome: La conductrice d'Uber streamait «The Voice» juste avant le crash mortel

ENQUETE Selon le rapport de la police, l'accident aurait pu être évité...

P.B.

— 

La conductrice d'un véhicule autonome d'Uber, Rafaela Vasquez, était «distraite», selon le rapport de police.
La conductrice d'un véhicule autonome d'Uber, Rafaela Vasquez, était «distraite», selon le rapport de police. — POLICE

Un accident « totalement évitable ». Dans un rapport de plus de 300 pages, la police de Temple, dans l’Arizona, détaille ses conclusions sur le crash mortel impliquant une voiture autonome d’Uber, qui a coûté la vie à une piétonne en mars dernier. Le rapport attaque la conductrice, « distraite », qui regardait sans doute en streaming l’émission The Voice au moment du crash. Mais les autorités soulignent également que le système d’Uber n’est pas conçu pour alerte le chauffeur de sécurité.

Selon le rapport, Rafaela Vasquez « aurait pu réagir et stopper le véhicule 14 mètres avant [l’impact] ». Au moment de l’accident, son téléphone streamait un épisode de l’émission The Voice. Et l’analyse de la vidéo de l’habitacle montre qu’au cours du trajet de 21 minutes, elle a regardé « 204 fois la même zone en bas à droite du tableau de bord », « parfois en riant ». Au total, la conductrice, chargée de réagir ou de reprendre le contrôle en cas d’imprévu, était inattentive « 32 % du temps ».

La police souligne toutefois que « la documentation ne mentionne nulle part que le système d’Uber est conçu pour alerter le conducteur en cas de danger potentiel ».

La victime positive à la méthamphétamine et à la marijuana

Dans un autre rapport, les autorités des transports avaient souligné que les capteurs avaient détecté « un objet inconnu » six secondes avant la collision. Le système l’a reconnu comme un cycliste 1,3 seconde avant l’impact, concluant qu’un freinage d’urgence était nécessaire. Mais le freinage d’urgence automatique, pourtant disponible sur ces SUV de Volvo, est désactivé par Uber en mode autonome à cause des faux positifs. C’est l’opérateur qui doit garder les mains sur le volant et réagir en cas de problème.

Le rapport de la police ne se prononce pas sur la responsabilité des différents partis. La victime, une sans-abri, poussait un vélo sans réflecteurs et a traversé en dehors d’un passage piéton, de nuit, dans une zone qui n’était pas « directement éclairée ». Les tests toxicologiques de la victime se sont révélés "positifs" à la méthamphétamine et à la marijuana.