Données personnelles: Service minimum de Facebook pour respecter le RGPD européen

WEB Les nouveaux réglages, lancés cette semaine en Europe, font tout pour que l'utilisateur partage le maximum d'informations...

P.B.

— 

Facebook lance des nouveaux réglages sur la vie privée pour se conformer au RGPD.
Facebook lance des nouveaux réglages sur la vie privée pour se conformer au RGPD. — FACEBOOK

Le Far West, c’est fini. Alors que le règlement européen de protection des données (RGPD) entre en vigueur le 25 mai, Facebook prend les devants et lance cette semaine ses nouveaux réglages liés à la vie privée, afin de se conformer aux exigences européennes. Après le scandale Cambridge Analytica, il s’agit en théorie d’offrir une série de choix à l’utilisateur pour qu’il accepte ou refuse certaines fonctions. Dans la pratique, Facebook enterre les réponses « non » derrière trois ou quatre clics et plusieurs écrans intermédiaires. Et il est impossible de complètement refuser la publicité ciblée. Visite guidée.

Les informations sensibles

Les annonceurs ne peuvent pas cibler les utilisateurs en fonction de leur orientation sexuelle, leur religion ou leur affiliation politique. Pour ceux qui souhaitent partager ces informations avec leurs amis mais pas avec Facebook, c’est impossible. « Vous avez le choix de nous laisser ou non accéder à ces données. Vérifiez les informations de votre profil et retirez tout ce que vous ne voulez pas partager » avec nous, invite l’entreprise.

La reconnaissance faciale

La reconnaissance faciale refait son retour en Europe. En un clic, il est possible d'« accepter et de continuer ». Le bouton « Refuser», lui, n’existe pas. Il faut d’abord cliquer sur « réglages des données », puis lire une page intermédiaire éducative qui rappelle les bienfaits de la fonction : « La reconnaissance faciale nous permet de vous protéger contre des personnes utilisant votre photo pour se faire passer pour vous ». Puis, enfin, choisir sur une troisième page « Ne pas autoriser Facebook à me reconnaître dans des photos et des vidéos ». Et comme le souligne TechCrunch, qui a assisté à une démonstration, c’est « tout ou rien ». Il n’est pas possible d’activer l’option pour des raisons de sécurité tout en bloquant les suggestions de tags dans les photos mises en ligne par ses amis.

La publicité ciblée

Le RGPD oblige les entreprises à obtenir le consentement des utilisateurs pour leur proposer de la publicité ciblée. Mais le choix proposé ici par Facebook ne concerne que les données externes fournies par des partenaires. Par exemple, si vous recherchez des bagues de fiançailles sur des sites ayant un bouton « Like », vous allez voir des pubs de bagues partout sur Facebook et sur les sites utilisant son réseau publicitaire.

On peut empêcher le réseau d’avoir accès à certaines données de navigation mais il est impossible de désactiver le ciblage, auquel on consent en acceptant les conditions d’utilisation. L’excuse donnée par Mark Zuckerberg lors de son témoigange devant le Congrès américain, c’est que les gens « préfèrent voir des publicités pertinentes ». Mais la véritable raison, c’est que les annonceurs paient beaucoup plus pour avoir accès à un segment particulier de la population.

C’est fastidieux mais une option consiste à effacer un à un tous ses intérêts dans le centre de contrôle publicitaire (qui n’est pas lié au RGPD). Facebook aura cependant toujours accès à certaines informations (sexe, âge, lieu de résidence). Et pour ceux qui refusent catégoriquement la publicité ciblée ? Le vice-président de l’entreprise en charge de la vie privée, Rob Sherman, a répondu aux journalistes, mardi : « Les gens ont le choix de ne pas être sur Facebook. »