Facebook recueille les données de vos appels téléphoniques et de vos SMS à votre insu

DONNEES PERSONNELLES En téléchargeant le fichier de ses données conservées par le géant américain, un jeune Néo-Zélandais est tombé sur l’historique des appels et SMS échangés via son smartphone…

20 Minutes avec agence

— 

Facebook, illustration
Facebook, illustration — MATHIEU PATTIER/SIPA

Facebook garderait une trace des appels téléphoniques et des SMS échangés par ses utilisateurs via leur smartphone. Ces communications ne s’effectuent pourtant ni via le réseau social ni l’application Messenger.

>> A lire aussi : Scandale Facebook: «Mon problème, c’est que c'est devenu indispensable dans la vie de tous les jours»

Et sur les pages consacrées aux données conservées par Facebook, la société n’informe pas les internautes que de telles informations sont recueillies, note 01net.

Dates, durées, destinataires…

Un Néo-Zélandais prénommé Dylan McKay a découvert le pot aux roses en téléchargeant l’historique de son activité sur le réseau social. Le document compressé, auquel Facebook permet à ses utilisateurs d’accéder facilement, comprenait comme prévu les photos, messages, coordonnées d’amis et autres liens suivis.

Mais le fichier, partagé par le jeune homme sur Twitter le 21 mars, contenait aussi les dates, les durées et les destinataires de ses appels émis et reçus entre novembre 2016 et juillet 207. Sans passer par aucune application ou programme géré par Facebook.

Seulement les smartphones sous Android

Le constat est similaire chez les journalistes de 01net, dont les données téléchargées comprenaient les mêmes détails sur les SMS et coups de fil échangés entre janvier et avril 2016. Alors que la fonction permettant de gérer ses SMS via Facebook Messenger, utilisée quelque temps par certains, n’est apparue qu’en juin 2016.

>> A lire aussi : Scandale Facebook: Des internautes appellent à quitter le réseau social après la polémique Cambridge Analytica

Les rédacteurs du site spécialisé ont par ailleurs découvert qu’aucune personne ne possédant un téléphone fonctionnant avec iOS n’avait vu son historique d’appels et de textos mémorisé par l’entreprise américaine. Seuls les terminaux sous Android seraient donc concernés.