Une couette censée améliorer le sommeil emballe les internautes

DODO Plus de 4,5 millions de dollars ont été récoltés sur la plateforme de financement participatif « Kickstarter » depuis le début de la campagne...

D. D.

— 

La couette « Gravity » aiderait à s'endormir plus rapidement.
La couette « Gravity » aiderait à s'endormir plus rapidement. — Kickstarter

Il y a des campagnes Kickstarter qui fonctionnent mieux que d’autres. C’est le cas pour cette « couette de compétition ». Qui répond à un mal de notre siècle, la difficulté à s’endormir. Journées stressantes, perturbateurs endocriniens, visionnage prolongé d’écran de smartphone : autant de facteurs qui peuvent expliquer les troubles du sommeil, ou plutôt de l’endormissement. Un constat visiblement partagé par les plus de 20.000 personnes qui ont participé au financement de la couette Gravity. Alors qu’il reste moins de dix heures à la campagne, elle a récolté environ 4,5 millions de dollars. Devenant ainsi une des campagnes qui a progressé le plus vite dans l’histoire de la plateforme. Mais quelle est donc la particularité de cet édredon ?

La promesse d’un sommeil « profond et réparateur »

Gravity est « lesté » à hauteur de 7 à 12 % du poids de son usager. Plutôt lourd donc, dans la mesure où un duvet standard pèse environ 1 kg. Pour les créateurs du concept, la sensation se rapproche de « quelqu’un qui vous prend dans ses bras ». Le poids y est réparti de manière équilibrée. Cette technologie couplée à la douceur du revêtement créerait un sentiment de bien-être en réduisant le stress et en augmentant la relaxation. C’est en tout cas ce qu'explique son créateur à grand renfort de vidéos promotionnelles, de statistiques et de mots compliqués.

Car ce n’est pas tout au rayon des promesses : Gravity fait aussi augmenter les niveaux de sérotonine (hormone liée à la douleur) et de mélatonine (hormone liée au sommeil) et baisser celui de cortisone (hormone qui permet de libérer de l’énergie à partir des réserves de l’organisme). Si elle s’adresse prioritairement aux personnes souffrant d’anxiété, de stress post-traumatique, d’insomnie ou encore de stress post-traumatique, cette couette a d’ores et déjà trouvé son public. Mais il y a un hic.

Des doutes sur la réalité scientifique

Tout cela ne repose sur aucune constatation scientifique sérieuse. Mais seulement sur une extrapolation de la « rééducation neuromusculaire », cette technique médicale qui permet de relaxer les muscles du corps en exerçant une pression dessus. C’est la loupe médiatique sur ce projet qui a poussé certains professeurs à mettre en garde sur la véracité des effets d’une couette « alourdie ». Preuve du malaise, les éléments de langage de la page Kickstarter ont été modifiés. Exit les mots « science » ou « guérir », la campagne se place désormais uniquement du côté du ressenti de l’utilisateur. Et c’est peut-être là la seule vérité scientifique derrière cette belle histoire : se coucher avec une couette dont on pense qu’elle a des vertus « endormissantes » nous aidera probablement à nous endormir. Cela s’appelle l’effet placebo et il a été découvert il y a plus de deux siècles.

A 300€ l’unité ça fait peut-être un peu cher pour démêler le vrai du faux sans garantie de remboursement. C’est ce que se sont sûrement dit les dizaines de personnes qui se sont désengagées du financement après le rétropédalage des créateurs.