Présidentielle: 14 fake news qui circulent sur Emmanuel Macron

FACT CHECKING En cette période d’entre-deux-tours les fausses rumeurs sur les candidats à la présidentielle pullulent sur la toile. « 20 Minutes », partenaire de Facebook pour lutter contre les fake news, en démonte 14 sur le candidat d’En Marche !…

Marie de Fournas

— 

Le leader d'En Marche ! Emmanuel Macron
Le leader d'En Marche ! Emmanuel Macron — THOMAS SAMSON / AFP

Liaison avec sa belle-fille, financements de l’Arabie saoudite, compte bancaire caché… Depuis quelques semaines Emmanuel Macron est l’objet de nombreuses rumeurs sur Internet. Celles-ci vont de sa vie personnelle à son programme de campagne et ont pour seul but de discréditer le candidat. 20 Minutes dresse la liste des onze informations montées de toutes pièces sur Emmanuel Macron.

>>À lire aussi: «20 Minutes» s’allie à Facebook pour lutter contre les «fake news»

1 - Il entretiendrait une relation cachée avec sa belle-fille.

Dimanche 23 avril, quelques heures après le résultat du premier tour, un fil de discussion sur Emmanuel Macron est lancé sur le site 4chan.org, rapporte BuzzFeed. Ce forum politique est devenu un centre de ralliement des militants d’extrême droite. Le message écrit en anglais invite clairement les internautes à lancer une fausse rumeur.

Fake news du site 4chan sur Emmanuel Macron
Fake news du site 4chan sur Emmanuel Macron - Capture d'écran

« Brigitte a une fille de 30 ans de son précédent mariage : Tiphaine Auzière. Cela serait marrant si l’info sortait qu’il avait eu une conduite indécente, ou du moins qu’il avait essayé, avec la jeune et (potentiellement) belle-fille de sa femme à moitié sénile (…) Il y a déjà eu des rumeurs sur le fait que Macron était un homosexuel dans le placard donc l’idée qu’il soit un pervers sexuel existe déjà dans la tête des gens… les gens pourraient bien y croire et ça permettrait de tacher sa réputation et de le faire oublier. » Toujours selon BuzzFeed, le message a été posté par un Suédois qui proposait de lancer des mèmes de désinformation sur Emmanuel Macron, comme celui ci-dessous.

Fake news du site 4chan sur Emmanuel Macron
Fake news du site 4chan sur Emmanuel Macron - Capture d'écran

« Elle travaille pour la campagne et est (((avocate))), il y a dans les campagnes électorales, comme dans les sectes, beaucoup d’alcool et de fêtes, Macron n’a pas pu s’en empêcher, quelque chose est arrivé, et les Français doivent savoir… Macron et Tiphaine. »

2 - Il aurait reconnu avoir un compte bancaire caché

Le samedi 22 avril, plusieurs comptes Twitter accusent L’Express d’avoir supprimé un de ses articles intitulé Comment Macron a (tacitement) reconnu l’existence d’un compte caché… tout en cherchant à le démentir. Si l’article a effectivement existé, il n’a pas été écrit par la rédaction de l’hebdomadaire, mais par un internaute.

En effet, l’article est paru sur la plateforme « Express Yourself » du site, qui permet à n’importe qui d’écrire ce qu’il pense. Emma Defaud, rédactrice en chef Web a expliqué à Libération pourquoi l’article avait été retiré : « Jugeant le titre diffamant, je l’ai mis hors ligne comme on le fait quotidiennement avec des tribunes qui ne respectent pas le cadre de la loi ou de notre charte. » L’article se basait en effet sur le fait qu’Emmanuel Macron a semblé « vaciller » face à Jean-Jacques Bourdin sur RMC lorsqu’il a voulu démentir les rumeurs sur un compte caché au Luxembourg. Le passage ci-dessous.

3 - Il se laverait les mains après avoir serré celles des ouvriers

Dans un tweet posté le 21 avril et largement relayé, un internaute affirme vidéo à l’appui que le candidat se lave les mains après avoir serré celles d’ouvriers.

Si la vidéo montre bien Emmanuel Macron se lavant les mains avec des lingettes en entrant dans sa voiture, celle-ci n’a pas été filmée après une rencontre avec des ouvriers. Le site de fact checking CrossCheck rapporte en effet que la séquence originale a été diffusée en novembre 2016 après que l’ancien ministre de l’Économie a saisi une anguille à pleines mains lors d’une rencontre avec des pêcheurs. La preuve ci-dessous

4 - Emmanuel Macron voudrait faire rentrer la Turquie dans l’Union Européenne

Mardi 25 avril, un internaute publie sur la page Facebook de soutien à Marine Le Pen « On aime la France », un message suggérant que le candidat intégrerait la Turquie à l’Union Européenne.

Fake News de la page Facebook «On aime la France» sur Emmanuel Macron
Fake News de la page Facebook «On aime la France» sur Emmanuel Macron - Capture d'écran «On aime la France»

Pourtant après vérification, il n’en est pas question dans son programme. Le mot « Turquie » n’apparaît d’ailleurs nulle part dans les 30 pages de celui-ci.

5 - Il souhaiterait imposer un loyer aux propriétaires

Le 16 mars dernier, le site Cyceon publie un article expliquant qu’en cas d’élection d’Emmanuel Macron, « 58 % des ménages français qui pour acquérir leur logement auront été imposés sur leurs revenus réels et auront remboursé leur emprunt immobilier avec intérêts devront payer des taxes sur des revenus fictifs du simple fait d’être propriétaire plutôt que d’être locataire – un "privilège" selon des conseillers d’Emmanuel Macron. » Le site affirme s’être appuyé sur des « sources concordantes et crédibles » et cite une intervention à l’Assemblée de Marc Le Fur, député Les Républicains.

L’information a été largement diffusée sur les réseaux sociaux, comme par exemple sur la page Facebook de soutien à Nicolas Dupont-Aignan.

Fake news de la page Facebook
Fake news de la page Facebook - Capture Facebook

La mesure a effectivement été proposée par l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) en 2016, mais Emmanuel Macron ne l’a jamais envisagée et a même démenti l’avoir retenue dans L’Emission politique, diffusée le 6 avril sur France 2.

6 - Emmanuel Macron voudrait « rétablir la charia à Mayotte »

Le 30 mars, le site Résistance républicaine affirme qu’Emmanuel Macron « veut rétablir la charia à Mayotte ». Pour appuyer son propos, le site publie l’interview de « l’un de ses directeurs de campagne » à Mayotte : Mohamadi Bacar Mcolo. Celui-ci affirme que son comité a fait des propositions au candidat que celui-ci aurait prises en compte. Parmi elles, le fait de redonner leurs pouvoirs aux cadis de Mayotte (à partir de 3 minutes dans la vidéo). Les cadis sont des juges musulmans remplissant des fonctions civiles, judiciaires et religieuses et réglant les problèmes de vie quotidienne comme les mariages, les divorces ou les répudiations.


Problème, Mohamadi Bacar Mcolo est directeur de campagne MDM « Halo na Macron ». Or, il ne s’agit pas du représentant officiel du candidat de En Marche ! à Mayotte. Le seul reconnu par Emmanuel Macron, est Sarah Mouhoussoune. Selon trois journalistes contactés par le site CrossCheck et présents lors de la visite d’Emmanuel Macron à Mayotte, celui-ci n’a jamais évoqué la situation des autorités religieuses musulmanes de l’île.

7 - Il serait manipulé par l’Union des organisations islamiques de France

Ce mardi 25 avril, Marine Le Pen accusait sur TF1 Emmanuel Macron d’être « entre les mains des communautaristes, notamment des plus dangereux, comme l’UOIF » (l’Union des organisations islamiques de France). Une déclaration intervenant après la publication d’un communiqué dans lequel l’UOIF avait exhorté à « faire barrage aux idées de xénophobie et de haine et à donner au candidat Emmanuel Macron le score le plus large »

En réponse à la déclaration de Marine Le Pen, l’UOIF a publié un second communiqué le lendemain dans lequel elle déclare : « Nous avons du respect à l’égard de monsieur Emmanuel Macron mais n’avons pas de liens particuliers avec son mouvement ».

Le même jour, Benjamin Griveaux, le porte-parole d’Emmanuel Macron, s’est exprimé sur RTL et a déclaré : « Est-ce que l’UOIF a participé d’une quelconque manière à l’élaboration du programme d’Emmanuel Macron ? La réponse est non. Marine Le Pen joue sur les peurs. »

8 - Sa campagne aurait été financée par l’Arabie saoudite

Le 2 mars, Marion Maréchal-Le Pen relayait sur Twitter un article titré Emmanuel Macron, candidat préféré de l’Arabie Saoudite à l’élection présidentielle. Problème le site était un faux. Celui-ci s’appelait lesoir.info, évoquant le quotidien belge Le Soir. Sauf que le site du fameux quotidien est Lesoir.be. Le soir-même, le véritable site publiait un démenti et la députée FN du Vaucluse supprimait son Tweet.

Fake news de Marion Maréchal-Le Pen sur Emmanuel Macron
Fake news de Marion Maréchal-Le Pen sur Emmanuel Macron - Capture Twitter

9 - Emmanuel Macron serait soutenu par Al-Qaida

Le 22 mars, une certaine AudreyC publiait sur Twitter la capture d’écran d’un article rédigé en arabe comportant la photo d’Emmanuel Macron. En commentaire, elle précisait : « Al-Qaida a choisi son candidat et c’est #Macron… (Ils évoquent ses propos sur la colonisation) ». Comme le rapporte le site CrossCheck, il s’agit en réalité d’un article publié le 27 février par le journal Al-Masra. Celui-ci porte sur les propos du candidat à la présidentielle lors de sa visite en Algérie en février, au cours de laquelle il avait qualifié la colonisation de « crime contre l’humanité ».

Fake news sur Macron et Al-Qaïda
Fake news sur Macron et Al-Qaïda - Capture Twitter

10 - Son meeting à Lille était à moitié vide

Samedi 15 avril, Sébastien Foy, conseiller municipal d’opposition au Bourget (Seine-Saint-Denis) et soutien de François Fillon, a publié sur Twitter une photo qui aurait été prise selon lui lors d’un meeting politique du candidat de En Marche ! à Lille. Sur celle-ci on peut voir qu’un grand rideau a été tendu au niveau de la moitié de la salle afin de cacher les sièges vides et donner l’impression que la salle est comble. Problème : la photo a en réalité été prise à un meeting de François Fillon à Toulouse, comme le précise le journaliste Hugo Clément, l’auteur de la photo. De plus si l’on regarde en haut à droite de l’image, l’affiche accrochée au mur est bien celle du candidat Les Républicains.

11 - Il voudrait supprimer toutes les allocations familliales

Un internaute s’est amusé sur un site spécialement conçu pour créer des fake news (appelées « blagues » sur la plate-forme) a publier un article affirmant qu’Emmanuel Macron allait supprimer les allocations familiales. Si le site propose clairement de créer des « blagues », de nombreuses personnes ont relayé l’info sur les réseaux sociaux.

Fake news sur Emmanuel Macron et les allocations familliales
Fake news sur Emmanuel Macron et les allocations familliales - Capture Facebook

12 - Son passage au ministère de l’Economie aurait coûté 100 milliards d’euros

« Ministre de l’économie, Macron a dépensé presque 100 milliards d’euros pour rien… », titre le site Info 24. 100 milliards, en voilà une somme importante ! Le site affirme que ce montant correspond au coût du CICE, le Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi, entré en vigueur le 1er janvier 2013.

Le bilan d'Emmanuel Macron au gouvernement est disputé.
Le bilan d'Emmanuel Macron au gouvernement est disputé. - Capture d'écran

Le coût de cette mesure destinée à soutenir les entreprises est moindre, selon France Stratégies. Cet organisme rattaché au Premier ministre estime que ce dispositif a coûté 13 milliards en 2013 et 20 milliards en 2014. Une sénatrice, qui s’appuie sur des chiffres du ministère des Finances, avance des montants légèrement différents : 11,3 milliards d’euros en 2013, 18,1 milliards en 2014, 18,7 milliards en 2015 et 19,2 milliards en 2016. Cela représente un total de 67,3 milliards d’euros pour ces quatre années.


13 - Il voudrait supprimer les APL et les bourses pour les étudiants

Ces supposés mesures n’apparaissent nulle part dans le programme d’En Marche ! « C’est faux, affirme une représentante du mouvement. Pour les bourses, au contraire, nous réinstaurerons les bourses au mérite pour les étudiants titulaires d’une mention très bien au baccalauréat. » L’annonce de la suppression de la bourse au mérite avait suscité de vives protestations en 2014. L’aide a été finalement rétablie, puis  diminuée de moitié à partir de 2015.

14 - Il voudrait réduire les ressources des sapeurs-pompiers

« Macron veut supprimer les primes aux spp [sapeurs-pompiers professionnels] et réduire les vacations de spv (sapeurs-pompiers volontaires ndlr) pour redresser la France et améliorer la vie des gens dans les zones sensibles », affirme un auteur anonyme, dans une publication partagée sur Facebook. Cette affirmation est entièrement fausse. Emmanuel Macron n’envisage pas de toucher aux primes des sapeurs-pompiers.