Plus de 160.000 signatures pour une pétition demandant à Pénélope Fillon de rendre les 500.000 euros

MOBILISATION NUMÉRIQUE Lancé vendredi 27 janvier par un élu centriste de Puteaux, le texte a été paraphé par plus de 160.000 personnes... 

H.S.

— 

Capture d'écran de la pétition lancée par un élu de Puteaux adressée à Pénélope Fillon.
Capture d'écran de la pétition lancée par un élu de Puteaux adressée à Pénélope Fillon. — Change.org

« Mme Fillon, rendez-nous ces 500.000 euros », voilà le titre de la pétition lancée vendredi 27 janvier sur le site change.org. Deux jours après les révélations du Canard Enchaîné à propos de la rémunération et de l’embauche présumée fictive de Pénélope Fillon comme « assistante parlementaire » par son mari, la polémique ne désenfle pas.

Le texte publié par Christophe Grébert, élu centriste (ex-MoDem) au conseil municipal de Puteaux (Hauts-de-Seine) a récolté 161 193 signatures en moins de quarante-huit heures. L’épouse du candidat de la droite à la présidentielle aurait touché environ 500.000 euros brut en huit ans comme attachée parlementaire, et 5.000 euros brut par mois pour son travail littéraire, entre mai 2012 et décembre 2013.

« Au total, 500.000 euros d’argent public ont été versés pour cet emploi. Un montant qui vous semblera sans doute très exagéré, puisque dans différentes interviews vous affirmez n’avoir 'jamais été impliquée dans la vie politique' de votre mari », écrit l’élu à l’origine du texte. « C’est une question de morale et d’éthique : si vous n’avez pas effectué réellement ce travail d’attachée parlementaire, nous vous demandons de rembourser ces 500.000 euros à l’Assemblée Nationale et donc à nous, le peuple français », conclut-il.

« J’ai fait cette pétition pour combattre ce système d’entre-soi ajoute-t-il. Ces politiques qui peuvent tout faire sans contrat rendre. Quand vous êtes élu, vous devez servir l’intérêt général, pas votre propre intérêt », a également confié Christophe Grébert au site du magazine Challenges.

>> A lire aussi : PenelopeGate: «La communication de François Fillon est totalement carbonisée»

Misogynie symptomatique ?

Autre objectif avancé par le créateur du texte : donner la possibilité à la principale intéressée de s’expliquer. Dans un message publié ce samedi, l’élu francilien remercie les signataires et précise : « Bravo pour votre mobilisation : en 24h, nous sommes 100.000 à avoir signé la pétition ! Doublons ce chiffre ce week-end : faites suivre le lien sur vos réseaux et mobilisez vos amis. Notre pétition s’adresse directement à Pénélope Fillon. Alors que l’affaire la concerne directement, personne n’a eu l’idée (l’envie, trouvé intéressant, pensé, espéré,…) de lui demander son avis ! ».

Sur Twitter, plusieurs internautes se sont étonné de la communication du candidat, invité jeudi soir au JT de TF1 à 20h. Depuis la publication de l’hebdomadaire satirique, Pénélope Fillon n’a pu s’exprimer sur la polémique. Une absence et un silence perçu par certains comme une marque de misogynie. Selon le quotidien Le Monde, l’épouse du candidat devrait s’adresser la semaine prochaine aux médias.