Afrique: 350 millions de smartphones à l'horizon 2017

ECONOMIE Une étude confirme la percée du smartphone sur le continent...

20 Minutes avec agences

— 

Illustration de smartphone.
Illustration de smartphone. — A.Wong/AP/SIPA

Le nombre de smartphones devrait doubler d'ici à 2017 sur le continent africain et atteindre les 350 millions d'appareils. «Le marché du smartphone va connaître une croissance de plus de 40% en 2015 avec 70 millions de smartphones qui seront vendus en Afrique», précise, en effet, Karim Koundi, cadre chez Deloitte Afrique francophone, alors que le cabinet vient de publier, ce lundi, une étude sur la percée des smartphones dans ce continent. 

Longtemps à la traîne et affichant un faible taux de pénétration (15%), le marché africain du téléphone intelligent est désormais prêt à exploser. Les raisons? L'amélioration de la couverture haut débit mobile et de la réduction des coûts de connexion.

Câbles sous-marins

Depuis 2012, près de 13 pays, essentiellement situés sur la côte ouest de l'Afrique, bénéficient, du haut débit à un prix abordable grâce, notamment, aux câbles sous-marins en fibre optique ACE (Africa Coast to Europe). A terme, le réseau devrait être étendu à 7 autres pays africains, dont le Cameroun et la République démocratique du Congo.

«Le marché est aussi stimulé par une forte croissance des économies africaines et catalysé par l'arrivée des smartphones low-cost qui démocratisent l'accès au numérique», ajoute Karim Koundi. 

>> A lire également: Microsoft annonce des smartphones low-cost destinés aux pays émergents

L'appel du low-cost

Après Google, qui avait annoncé le lancement d'un smartphone à moins de 100 dollars pour les marchés émergents, il est vrai que Microsoft a renchéri, en janvier dernier, en proposant deux nouveaux appareils low-cost, vendus entre 69 et 79 euros.

Principale conséquence de ce boom programmé des smartphones: le développement du paiement par mobile. Plus de la moitié des utilisateurs de portables utilisent déjà ce moyen de paiement au Kenya et en Tanzanie et plus d'un quart en Afrique du sud et au Sénégal, selon l'étude. La percée du smartphone devrait permettre d'accentuer cette tendance.