Le premier smartphone Ubuntu ne fait pas rêver

TECHNOLOGIE Un modèle d'entrée de gamme de BQ sera vendu la semaine prochaine à 169,90 euros...

Philippe Berry
— 
test2
test2 — test

Ah, Ubuntu Phone. Deux ans après son introduction en fanfare, l'OS a enfin trouvé un partenaire, l'espagnol BQ, pour proposer un premier smartphone officiel en Europe. L'Aquaris E4.5 Ubuntu Edition débarque la semaine prochaine via des ventes flash qui seront annoncées sur Twitter. Malheureusement, à 169,90 euros pour du hardware d'entrée de gamme, il aura du mal à séduire, même chez les fanatiques de Linux.

Trop cher face à la concurrence

BQ adapte en effet l'un de ses vieux modèles Android. Au programme: un écran de 4,5 pouces, une résolution ancestrale de 540x960 pixels, 8 Go de stockage (+ carte SD), pas de LTE, un processeur cadencé à 1,3 Ghz et un appareil photo de 8 mégapixels. Seul le capteur frontal, à 5 mégapixels, pourra séduire les adeptes du selfie.

Le problème, c'est qu'il existe des téléphones plus intéressants sur Android et Windows Phone, et sans même aller chercher du côté de la Chine. Au même prix, le Moto G (2e édition) offre un écran de meilleure qualité. Assez comparable au modèle de BQ, le Moto E, lui, est vendu 95 euros. A moins de 120 euros, le Wiko Kite et l'Archos 45 Helium sont compatibles avec la 4G. Du côté de Windows Phone, on trouve trois Lumia (535, 635 et 735) entre 110 et 199 euros.

La convergence mobile/PC repousée à 2016

Pour Ubuntu, comme pour Firefox, la route s'annonce mobile longue et difficile. L'OS est agréable et dynamique mais il ne percera pas sans des partenaires majeurs chez les fabricants, les opérateurs et les revendeurs.

Les développeurs, qui traînent déjà des pieds pour porter leurs apps sur Windows Phone ne vont pas s'intéresser à un 4e acteur, et les applis Web en HTML5 ne font pas tout. Ubuntu mise sur la convergence mobile/PC, avec des apps universelles qui s'adaptent à l'écran. Le problème, c'est qu'à cause d'un retard sur PC, ce rêve ne sera pas une réalité avant avril 2016. Trop tard?