Troyes-Bordeaux: L'indéboulonnable Jocelyn Gourvennec va jouer (très) gros dans l'Aube

FOOTBALL Une nouvelle défaite dans l'Aube serait probablement fatale à l'entraîneur bordelais... 

Clément Carpentier

— 

Jocelyn Gourvennec a le regard très noir depuis plusieurs semaines.

Jocelyn Gourvennec a le regard très noir depuis plusieurs semaines. — Nicolas Tucat / AFP

En temps de crise, il y a des signes qui ne trompent. Alors quand tout le personnel ainsi que les jeunes du centre de formation des Girondins de Bordeaux débarquent à l’entraînement des joueurs professionnels pour leur apporter leur soutien, c’est que l’heure est grave. Car il ne faut pas se mentir, le club joue bien le maintien comme le souligne Jérémy Toulalan : « On est tous conscients de la situation. On va tout faire pour que le club ne descend pas en Ligue 2. » Et surtout, tout faire dans un premier temps pour sauver la tête de Jocelyn Gourvennec !

Les salariés face à Jocelyn Gourvennec et ses joueurs.
Les salariés face à Jocelyn Gourvennec et ses joueurs. - Nicolas Tucat / AFP

La pression est, en effet, de plus en plus forte sur les épaules du coach bordelais. « Ce soutien de tous les salariés est le bienvenu, affirme-t-il, c’était une action spontanée. Il faut que l’on continue à faire corps. » Même après cette terrible série d’une victoire lors des 14 derniers matchs. Et pour l’instant, le capitaine tient toujours le cap dans la tempête.

>> A lire aussi : Girondins de Bordeaux: Quand les salariés débarquent à l'entraînement pour soutenir les joueurs

« Je n’ai pas d’ultimatum. Le licenciement, je n’y pense pas ! »

Le Breton semble résister à tout même s’il « est forcément touché dans ce genre de moment. Après, c’est quelqu’un qui a du caractère et qui ne lâche rien. On se fait tous critiquer, ça fait partie du jeu mais il ne faut juste pas que ça aille trop loin », Jérémy Toulalan fait sûrement référence aux incidents avec les supporters cette semaine à l'entraînement.

Malgré cet environnement très compliqué, Jocelyn Gourvennec ne veut pas s'attarder sur son cas personnel : « Je ne dois pas avoir d’états d’âme sur ce qu’il se passe autour du terrain. Je n’ai pas reçu d’ultimatum de la direction. Le licenciement ? Je n’y pense pas ! Moi, je travaille sur la durée. » 

>> A lire aussi : Incidents aux Girondins de Bordeaux: Stéphane Martin «espère que ça ne va pas déraper»

Du sang-froid et une « positive attitude »

D’ailleurs, le coach des Girondins appelle tout le monde « à garder son sang-froid et positiver malgré tout. » Un discours qui fait écho auprès de sa dernière recrue Paul Baysse. Le défenseur a déjà connu ce genre de situation dans sa carrière et « s’il n’y a pas de recette miracle, il ne faut surtout pas commencer à trembler ou à paniquer dans tous les sens. » Pourtant, cela risque d’être difficile en cas de nouveau mauvais résultat dans l’Aube. Les Girondins pourraient tout simplement plonger dans la zone rouge.

Paul Baysse devrait effectuer son premier avec les Girondins à Troyes.
Paul Baysse devrait effectuer son premier avec les Girondins à Troyes. - Nicolas Tucat / AFP

Si la direction a jusqu’à maintenant soutenu son entraîneur coûte que coûte, la situation deviendrait intenable. D’ailleurs, Nicolas de Tavernost sera du déplacement alors que ce n’était pas prévu au départ à son agenda. Mais des événements qui n’étaient pas prévus aux Girondins de Bordeaux, ils s’en passent tous les jours en ce moment. Alors Jocelyn Gourvennec, c’est ce qui lui reste à faire pour ne pas rajouter un licenciement seulement 18 mois après son arrivée…

>> A lire aussi : Girondins de Bordeaux: Paul Baysse, le retour aux sources une décennie plus tard