La police a repéré le trafic de 40 distributeurs automatiques de billets (Illustration).
La police a repéré le trafic de 40 distributeurs automatiques de billets (Illustration). - Olivier Aballain / 20 Minutes

Le FC Grenoble, pris dans une zone de turbulences multiples, a décidé vendredi de mettre à pied les joueurs visés par une enquête après des accusations de viol d'une jeune femme à l'issue d'un match à Bordeaux samedi dernier. Celle-ci a porté plainte contre des joueurs grenoblois qu'elle a rencontrés en boîte de nuit après leur défaite contre les Bordelais.

>> A lire aussi : Rugbymen de Grenoble accusés de viol: «Si de tels faits étaient avérés, ce serait répugnant»

Afin « d'éviter tout amalgame entre cette enquête, qui relève de comportements individuels et privés, et le FC Grenoble Rugby, nous avons décidé de mettre immédiatement à pied à titre conservatoire les joueurs concernés », indique le club dans un communiqué sans donner plus de détails ni de noms.

Une enquête de flagrance est en cours sur ces accusations. Les joueurs mis en cause devraient être entendus par la police la semaine prochaine.

Le FCG, qui vient par ailleurs de se séparer de son l'entraîneur Bernard Jackman et plafonne à l'avant-dernière place du Top 14, se dit « profondément affecté par ces événements qui ne correspondent en aucun cas » à ses « valeurs ».

Grenoble doit recevoir dimanche Toulon pour la 21e journée du Top 14. Et le staff est pour l'instant resté très vague sur le XV qui foulera la pelouse du Stade des Alpes.

Mots-clés :