L’ordinateur va-t-il connaître le même sort que le Minitel?

DISPARITION D’ici trois ans, les smartphones seront la seule source de connexion pour 3 milliards de personnes…

Laure Beaudonnet

— 

Un Minitel. Illustration.

Un Minitel. Illustration. — WITT/SIPA

  • L’étude Ruptures 2020, réalisée par Facebook IQ a été présentée au Hubforum
  • En 2020, les smartphones seront la seule source de connexion pour trois milliards de personnes
  • La consommation digitale a dépassé celle de la télévision

Les meilleures choses ont une fin et en regardant la place réduite de l’ordinateur dans notre quotidien, on a comme une impression de déjà-vu. Faut-il se préparer psychologiquement à laisser partir notre bon vieux desktop ? Internet s’est installé dans nos poches et, d’ici trois ans, les smartphones seront la seule source de connexion pour trois milliards de personnes, selon l’étude Ruptures 2020, réalisée par Facebook IQ et présentée par Laurent Solly, directeur général de Facebook France au Hubforum, la conférence sur la transformation digitale, ce mercredi. En 2020, le nombre de personnes équipées en téléphones mobiles (5,5 milliards) dépassera celui des gens qui auront accès à l’électricité dans le monde (5,3 milliards).

>> A lire aussi : Les 10 questions à se poser avant de craquer pour un smartphone reconditionné

Le mobile dépasse l’ordinateur

Non seulement, il y aura plus de gens connectés que de personnes ayant accès à l’eau, mais les internautes seraient prêts à de gros sacrifices pour garder leur connexion. Au Kenya et en Afrique du Sud, une personne interrogée sur cinq abandonnerait les transports en commun, aux Etats-Unis, un sondé sur deux renoncerait à manger au restaurant pendant un an ou à partir en vacances. Et ce n’est pas près de s’arrêter, les internautes envisagent d’acheter un nouveau téléphone (71 % en Inde et au Nigeria, 68 % au Brésil, 65 % en Indonésie). Faut-il pour autant dire au revoir à notre bon vieux desktop comme on a dit bye bye, une larme à l’œil, à notre Minitel dans les années 2000 ?

« Je ne pense pas qu’on arrivera jusque-là car l’ordinateur, dans certains cas d’usage, a une utilité », insiste Brice Vinocour, marketing manager chez Facebook France. Pour retoucher des photos, naviguer sur des sites Web complexes, on a besoin de son ordinateur. La croissance du mobile porte la croissance digitale mais le desktop reste un usage important. « En termes d’intensité et de durée d’exposition média, le téléphone dépasse l’ordinateur », confirme-t-il. Son sort devrait être plus heureux que celui du Minitel « mais ce qui est certain c’est que, dans nos pays, la croissance du mobile dépasse largement celle du desktop et cette tendance va se poursuivre. Dans les pays émergents, des millions de gens vont découvrir Internet avec le smartphone, ils verront sans doute jamais un desktop de leur vie », conclut-il.

L’effacement des frontières

Si l’ordinateur devrait rester encore quelque temps sur nos bureaux pour travailler ou entre nos draps (pour regarder des séries), Facebook parie sur la rupture (c’est d’ailleurs le nom de son enquête, CQFD). Avec l’explosion des vidéos grâce aux téléphones portables - on est désormais tous réalisateurs de films en ligne grâce à nos téléphones - et l’augmentation de la consommation digitale, qui a dépassé celle de la télévision en France, la révolution arrive.

>> A lire aussi : Et si on n’avait plus besoin d’apprendre une langue étrangère?

« La vidéo va être beaucoup plus diversifiée avec la réalité virtuelle, la réalité augmentée et l’intelligence artificielle », observe Brice Vinocour. Toutes les frontières (géographiques, âge, genre) vont sauter, on pourra communiquer en live, les mondes réels et virtuels vont se mélanger. Passer des appels vidéos à l’étranger entrera dans une nouvelle ère grâce aux outils de traduction en direct. Un petit coup d’Oculus Rift et on se retrouve dans le salon de notre correspondant japonais en train de discuter dans nos deux langues respectives grâce à l’intelligence artificielle. On n’imagine pas ce qui peut arriver en trois ans. Et pourquoi pas le retour du Minitel ? Mais ne rêvons pas trop.