Le second prototype du casque de réalité virtuelle Oculus Rift, au CES 2014 de Las Vegas.
Le second prototype du casque de réalité virtuelle Oculus Rift, au CES 2014 de Las Vegas. - R.BECK/AFP

Avec son nom qui évoque Harry Potter et Transformers, l'Oculus Rift passionne les geeks depuis 2012 mais reste encore largement méconnu du grand public. Mardi, Facebook a annoncé le rachat de la startup pour 2 milliards de dollars. Selon Mark Zuckerberg, ce casque qui immerge l'utilisateur dans un environnement de réalité virtuelle va «changer la manière dont nous travaillons, jouons et communiquons». Explications du concept en vidéos.

Oculus Rift, c'est quoi?

Un casque de réalité virtuelle. Lancé en 2012 par une campagne Kickstarter, il en est aujourd'hui à son second kit pour les développeurs, vendu 350 dollars. La date de sortie officielle et le prix final sont toujours inconnus mais les observateurs tablent sur 2015 et environ 300 euros. De la taille de grosses lunettes de ski, l'Oculus est composé d'un écran Oled 7 pouces et de deux lentilles –une pour chaque œil– qui simulent une vision stéréoscopique. Il se branche à un PC ou une source vidéo. Surtout, de multiples capteurs (profondeur, gyroscope etc.) suivent les mouvements de l'utilisateur, et les images bougent en conséquence. Traduction: le cerveau croit véritablement être immergé dans un monde virtuel. En haut d'une montagne, on a le vertige. Dans une simulation de grand-huit, on crie. Quand une lame de guillotine tombe, on attrape sa gorge. Ci-dessous, le concept expliqué par son créateur, le jeune Palmer Luckey, un passionné d'électronique autodidacte de 21 ans aujourd'hui multi-millionnaire (cliquer sur CC en plein écran pour les sous-titres en anglais).

Les sensations décrites par le grand public

Le site Business Insider a fait tester le premier prototype à plusieurs de ses rédacteurs. Comme toutes les personnes qui font l'expérience de la réalité virtuelle pour la première fois, leur cerveau est surpris par l'immersion et ils font de grands gestes.

Une grand-mère de 90 ans, elle, réagit avec un enthousiasme rafraîchissant: «C'est incroyable, je suis en Toscane, wow!»

Sur YouTube, on trouve de nombreuses compilations. Attention, mieux vaut être assis pour sa première fois, sous peine de tomber.

L'avenir du jeu vidéo?

C'est ce que pense John Carmack. Le co-créateur de «Doom» a été l'un des premiers à miser sur le Rift au salon de l'E3, en 2012, avec une démo de «Quake». Aujourd'hui, plusieurs grands noms du secteur s'intéressent à cette technologie: le créateur de «Gears of War», Cliff Bleszinski, Gabe Newell (Valve) Tim Sweeney (Epic Games). Pour en tirer pleinement parti, les jeux doivent toutefois être optimisés pour le Rift. Ci-dessous, une démo avec le moteur d'Unreal 4 (à regarder en HD).

Des capteurs de mouvements pour une immersion totale

Certains bidouilleurs combinent la motion capture et l'Oculus Rift pour une immersion totale dans la Matrice. Avec un tapis roulant pour marcher et une manette Wiimote, Cyberith a transformé «Skyrim» en une aventure physique.

Au-delà du jeu vidéo

Mark Zuckerberg estime qu'après le PC et le mobile, la réalité virtuelle sera la prochaine plateforme informatique, pour jouer mais aussi communiquer et apprendre. Selon lui, on publie aujourd'hui des moments de sa vie sur les réseaux sociaux. Demain, on «partagera des expériences». Les graphistes d'Infinite Realities ont par exemple mis au point des avatars 3D photo-réalistes. Dans un futur pas très éloigné, les chats vidéo de groupes pourraient avoir lieu dans une salle de réunion virtuelle ou sur une plage paradisiaque.

Les artistes de BeAnotherLab, eux, ont couplé l'Oculus à une caméra pour permettre à deux participants de «changer de corps» en projetant le flux vidéo en vue subjective de l'autre participant.

>> Attention, la vidéo comprend de la nudité

Etes-vous tentés par la réalité virtuelle ou estimez-vous que l'expérience, avec un casque, est trop «anti-sociale»?

Mots-clés :