Amputée d’un bras, elle décide d’en rire sur les réseaux sociaux et séduit les internautes

RÉSEAUX SOCIAUX Une jeune américaine ayant perdu son bras suite à un accident de moto, a pris le parti d’en plaisanter sur Twitter et Tinder…

Marie de Fournas

— 

Lauren, amputée d’un bras et pleine de second degré.

Lauren, amputée d’un bras et pleine de second degré. — Capture Instagram duckusername

  • Lauren a perdu son bras suite à un accident de moto en juin 2016.
  • Son profil Tinder très second degré sur son handicap a remporté un franc succès.

Le 29 juin 2016, Lauren, 21 ans, perdait son bras suite à un accident de moto. Un handicap difficile à surmonter dans un premier temps pour cette Américaine, originaire de San Diego. Mais la jeune femme a finalement décidé de s’accepter telle qu’elle était et même d’en rire. Cela a commencé par les réseaux sociaux.

>> A lire aussi : VIDEO. Bulgarie: Pooh, un chat amputé, peut remarcher grâce à deux pattes artificielles

« Arms dealer » (« Vendeuse d’armes ou de bras ! »). C’est ce qu’a inscrit Lauren, amputée d’un bras, dans la case « job » sur Tinder. Elle complète ensuite : « la bonne affaire de Tinder, haut la main : Visage 10/10, corps 9/10, personnalité 20/10, Bras 1/2 ». Partagé sur Twitter, son profil bourré de second degré a emballé des milliers d’internautes, dont beaucoup d’hommes visiblement très motivés pour la rencontrer.

« Je peux dire d’entrée qu’avec son intitulé de poste, elle a la meilleure personnalité »

Sur Twitter également, Lauren ne manque pas une occasion de plaisanter sur son absence de bras pour le plus grand plaisir des internautes.

« Même petite, je savais déjà que j’allais perdre mon putain de bras »

La jeune fille publie également de nombreux clichés d’elle sur lesquels, elle ne cherche aucunement à cacher son moignon ou ses cicatrices. Une initiative a chaque fois couronné de succès.

Lauren a également lancé une cagnotte depuis presque un an, afin de pouvoir s’acheter une prothèse. Depuis qu’elle a été remarquée sur les réseaux, celle-ci ne cesse d’augmenter.