VIDEO. Bulgarie: Pooh, un chat amputé, peut remarcher grâce à deux pattes artificielles

ANIMAUX «Son état est plus que satisfaisant. Il est encore un peu maladroit mais il peut marcher, sauter et courir», indique le vétérinaire à l'origine de cet exploit...

20 Minutes avec agences

— 

En Bulgarie, un vétérinaire a rendu sa mobilité à un chat privé de ses deux pattes arrière grâce à une greffe de pattes artificielles.
En Bulgarie, un vétérinaire a rendu sa mobilité à un chat privé de ses deux pattes arrière grâce à une greffe de pattes artificielles. — Capture d'écran / Dailymotion

L’exploit avait déjà été réalisé fin 2009 en Grande-Bretagne sur un chat nommé Oscar. Pooh, un félin d’un an recueilli en avril près d’une voie ferré dans la campagne bulgare, a retrouvé sa mobilité après s’être fait greffer deux pattes artificielles.

Privé de ses deux pattes arrière, probablement arrachées par un train, le matou aux longs poils noirs et blancs a désormais deux prothèses en polymère et caoutchouc montées sur titane. Et un mois après l’opération, « celle-ci peut être considérée comme un succès », a annoncé à l’AFP Vladislav Zlatinov, vétérinaire à Sofia.

>> A lire aussi : Brésil: Une tortue blessée reçoit une carapace imprimée en 3D

« Il est encore un peu maladroit mais il peut marcher, sauter et courir »

En effet, le jeune chat, qui se trouve encore à la clinique vétérinaire, joue aujourd’hui comme n’importe lequel de ses congénères de son âge. « Son état est plus que satisfaisant. Il est encore un peu maladroit mais il peut marcher, sauter et courir », ajoute le vétérinaire.

La technique devrait également profiter à un deuxième chat bulgare, Steven, également amputé des deux membres postérieurs. Il a déjà bénéficié de la pose d’une première prothèse et devrait se voir greffer la seconde prochainement.

>> A lire aussi : VIDEO. Costa Rica: Ils conçoivent un nouveau bec pour Grecia, un toucan mutilé

« Pooh et Steven ont survécu car on ne les a pas abandonnés à leur sort », a de son côté relevé vendredi Vyara Mladenova, de la branche bulgare de l’ONG de défense des animaux Let’s Adopt, qui finance ces opérations.