20 Minutes : Actualités et infos en direct
DiversificationUne choucrouterie se lance dans les « Hopla Chips », presque 100 % alsaciens

Une choucrouterie se lance dans les « Hopla Chips », presque 100% alsaciens

DiversificationLa consommation de choux en perte de vitesse, un producteur du Haut-Rhin a décidé de planter des pommes de terre. Les « Hopla chips » sont entièrement fabriqués en Alsace
Des paquets d'Hopla Chips.
Des paquets d'Hopla Chips. - C. Andna / Ilôt de la Meinau
Thibaut Gagnepain

Thibaut Gagnepain

L'essentiel

  • L’Alsace a désormais ses chips produites 100 % dans la région. « Hopla Chips » vient d’installer une chaîne de production à Chavannes-sur-l’Etang (Haut-Rhin).
  • Qui sont les propriétaires ? Des choucroutiers ! « Mais on a décidé de se diversifier car il y a de moins en moins de consommation de choux », précise Carole Bourreau.
  • Pour l’instant, une seule recette est proposée : nature, avec de l’huile de tournesol.

«Bret’s » en Bretagne, « Chipizh » en Loire-Atlantique, « Chips en N’ord » dans les Hauts-de-France… et maintenant « Hopla Chips » en Alsace ! Depuis début octobre, la région la plus à l’est de la France possède aussi ses chips produites à 100 % sur son sol. De la récolte des pommes de terre à leur transformation et emballage. Seul produit non-local dans le processus, l’huile de tournesol qui sert à la cuisson. « Ça, on n’y arrive pas », reconnaît Carole Bourreau, à la tête avec son mari Pascal Claude de la… choucrouterie familiale située à Chavannes-sur-l’Étang (Haut-Rhin). Oui, une choucrouterie ! « Mais on a décidé de se diversifier car il y a de moins en moins de consommation de choux », précise l’entrepreneuse.

Alors depuis 2020, ils plantent toujours plus de pommes de terre. « Le chou a besoin d’une grande rotation. On ne peut en planter dans la même parcelle que tous les cinq à sept ans. A la place, on met notamment des patates. » En 2022, une centaine de tonnes avaient ainsi été récoltées. Cette fois, c’est le double : 200 tonnes sur 8 hectares. De quoi produire quelques fines tuiles craquantes…

Carole Bourreau et Pascal Vlaude à côté de leur ligne de production de chips.
Carole Bourreau et Pascal Vlaude à côté de leur ligne de production de chips. - Choucrouterie Claude

Combien ? « Il faut compter 20 % de la production environ. L’an dernier, on avait sorti 160.000 sachets de 125 grammes, donc ça va tourner autour de 300.000 », calcule Carole Bourreau, qui n’aura beaucoup plus de transport à réaliser. C’est la nouveauté de l’année : la chaîne de production est désormais implantée dans la choucrouterie Claude. Finis les voyages jusque dans le Tarn des deux dernières années, où était jusqu’alors la machine. « On devait y apporter les pommes de terre et on remontait les chips. Maintenant, on l’a rachetée et on peut tout faire chez nous. On sort 1 paquet toutes les deux secondes mais l’appareil ne tourne pas tous les jours », détaille-t-elle encore.

Pour l’instant, une seule recette est proposée : nature, avec de l’huile de tournesol donc. Un début… « On veut parfaitement maîtriser notre outil avant de nous lancer dans d’autres goûts. Mais c’est sûr qu’à un moment, il faudra se diversifier », prévoit la patronne, convaincue également que la demande suivra.

« Il se voit bien faire du pop-corn avec nos maïs »

Il faudrait alors que tous les consommateurs trouvent le fameux emballage jaune avec cette petite pomme de terre, « Sundy car elle vient du Sundgau », parler avec sa coiffe alsacienne… Aujourd’hui, ce n’est pas le cas dans toute la région, comme à Strasbourg où on ne les trouve qu’à l’Ilot de la Meinau.

« On n’a pas encore pu joindre tout le monde pour les GMS (Grandes et moyennes surfaces), c’est prévu, mais on peut déjà nous acheter un peu partout dans le Haut-Rhin. » Autour de deux euros le paquet, soit plus chers que certains concurrents, mais moins onéreux que d’autres aussi. « Les clients nous disent qu’on sent vraiment bien le goût et que c’est peu salé », résume Carole Bourreau, dont le mari pourrait bientôt se lancer dans une autre nouveauté. « Il se voit bien faire du pop-corn avec nos maïs… Avec Pascal, il y a toujours une affaire à suivre ! »


Sujets liés