Roland-Garros : Djoko reconnaît sa défaite et salue « l’immense champion » qu’est Nadal

TENNIS Battu par un immense Rafa Nadal après plus de quatre heures de jeu, le numéro 1 mondial Novak Djokovic a reconnu qu’il était tombé sur plus fort que lui mardi soir à Roland-Garros

A.L.G. avec AFP
— 
Djoko est tombé sur un monstre, mardi soir, en quarts de finale de Roland.
Djoko est tombé sur un monstre, mardi soir, en quarts de finale de Roland. — Christophe ARCHAMBAULT / AFP

Battu mardi en quarts de finale de Roland-Garros par Rafael Nadal, le tenant du titre Novak Djokovic a reconnu que l’Espagnol avait été « le meilleur » et qu’il était notamment parvenu à « élever son tennis à un autre niveau » aux moments-clés. « Il a très bien débuté alors que moi, non », a souligné le Serbe qui s’est retrouvé mené 6-2, 3-0 avec un double break.

« Là, j’ai réussi à reprendre le dessus, je suis revenu, j’ai remporté le deuxième set et je me suis dit 'ça y est, je suis de retour dans la partie'. Mais alors, il a rejoué deux ou trois jeux fantastiques au début du troisième set. Il a été capable d’élever son tennis à un autre niveau en particulier en début de sets, mis à part le quatrième », a souligné Djokovic.

Des regrets et beaucoup de compliments

Pour sa part, il a regretté de ne pas avoir su saisir les chances qu’il a eues. « J’ai servi pour le set dans la quatrième manche, j’ai obtenu deux balles de set. Ça s’est joué à un ou deux coups qui auraient pu m’emmener au cinquième set. Et là, ça aurait pu tourner en faveur de n’importe lequel de nous deux », a analysé le Serbe.

« Mais encore une fois, il a démontré pourquoi il était un immense champion. Rester fort mentalement et terminer le match comme il l’a fait… Mes félicitations à lui et son équipe. Il mérite sans aucun doute cette victoire », a ajouté le numéro 1 mondial.

Pas de douleur flagrante au pied mardi soir

Nadal, qui souffre depuis des années de douleurs chroniques et incurables (syndrome de Muller-Weiss), est sous la menace constante d’une douleur au pied gauche qui peut devenir insupportable à tout moment, comme à Rome il y a trois semaines. Mais Djokovic assure que mardi, il n’a « vu aucun problème » de ce côté-là chez son adversaire.

« Ce n’est pas la première fois qu’il parvient à revenir à 100 % physiquement quelques jours seulement après avoir eu mal et être tout juste parvenu à quitter le court sur ses pieds. Il l’a fait plusieurs fois dans sa carrière donc je ne suis pas étonné », a commenté le Serbe.