Roland-Garros : Djokovic opposé à Berankis... Seulement trois Françaises en lice... Le programme du du jeudi 1er octobre

TENNIS Le deuxième tour se poursuit du côté de la porte d'Auteuil 

A.L.G.

— 

Djokovic s'est baladé contre Ymer lors du premier tour.
Djokovic s'est baladé contre Ymer lors du premier tour. — Michel Euler/AP/SIPA

L’affiche du jour

On a beau se défendre d’habitude quand il s’agit de vendre du rêve à nos lecteurs adorés, mais la mission semble cette fois-ci quasi impossible quand on regarde le programme de jeudi. Pas mal de têtes de série seront présentes sur les terrains de Roland, mais aucune affiche sensationnelle ne se dégage véritablement. Mais bon, puisqu’il faut choisir, disons qu’on aura un œil attentif sur le match entre Tsitsipas (tête de série numéro 5) et Pablo Cuevas, pas maladroit sur terre battue, ne serait-ce qu’en souvenir de ce point incroyable de l’Urugayen en finale à Estoril en 2019 contre… Tsitsipas.

Les favoris du jour

En plus de Tsitsipas, pas mal de gros poissons seront de retour sur l’ocre jeudi. Citons pêle-mêle Djoko contre Berankis, Berrettini (tête de série n°7) face au Sud-africain Harrys ou encore Denis Shapovalov (n°9) opposé à Carballes Baena.

Les Français du jour

Vous vous en doutez bien, plus les jours vont passer à Roland moins on va avoir de quoi écrire par ici. On en veut pour preuve  la bérézinada de mardi qui aura vu neuf tricolores prendre la porte sur les dix engagés en début de jounée. Si Hugo Gaston a sauvé l’honneur de la patrie masculine en sortant brillammant Nishioka en quatre sets, celui ne rejouera que vendredi. Reste donc trois Françaises engagées jeudi. Fiona Ferro, Alizé Cornet et Clara Burel seront opposées respectivement à l’Ukrainienne Rybakina, la Chinoise Zhang et la Slovaque Juvan.

La météo

Si l’on pensait en regardant la météo à quinze jours que ce tournoi allait nous offrir un festival d’interruptions et de bâchages en bande organisée, force est de constater qu’on ne s’en sort pas si mal pour l’instant. Et, ô miracle, il semblerait bien que la journée de jeudi nous gratifie même d’une après-midi presque ensoleillée. Alors, elle est pas belle la vie ?

La phrase du jour

Moins qu’une phrase, un mot. Un gros mot. En italien. Eliminée par Bertens après avoir sorti un match en dessous de tout au service, Sara Errani était dans tous ses états au moment de quitter le court. Et alors que la Belge sortait sur un fauteuil roulant après sa victoire, la jeune italienne a lancé un vaffanculo des familles qui, quasi huis-clos oblige, à résonner plus que de raison Porte D’Auteuil. La suite de l’embrouille ? On vous la raconte ici.

Le pari osé du jour

Vu ce que se prennent nos Français dans ce Roland de l’horreur, on a fait un rêve. Oui, celui de voir la jeune Clara Burel prolonger un petit peu encore son rêve (et le nôtre) sur la terre battue parisienne. Après avoir battu la Néerlandaise Arantxa Rus, 67e joueuse mondiale, au terme d’un véritable marathon, on a envie de croire que la jeune bretonne en a encore dans le coffre. Opposé à la Slovène Kaja Juvan, 103e joueuse mondiale, Burel peut devenir l’héroïne française de cette édition 2020.