Roland-Garros : Le tennis français dit merci à Hugo Gaston, qui a réussi « le match le plus abouti de sa carrière »

TENNIS Le jeune toulousain de 20 ans s’est qualifié pour le 3e tour après une victoire convaincante contre Nishioka

Julien Laloye

— 

Hugo Gaston, le 30 septembre 2020 à Roland-Garros.
Hugo Gaston, le 30 septembre 2020 à Roland-Garros. — MARTIN BUREAU / AFP
  • Hugo Gaston, ancien numéro 2 mondial chez les juniors, possède une patte de gaucher délicieuse, des cuisses de taureau et un sens inné de l’amorti.
  • En prévision des matchs en cinq sets, son entraîneur, Marc Barbier, lui avait concocté une séance de 6 heures la semaine passée pour simuler l’effort.

A Roland-Garros,

Et à la fin, toute la grande famille du tennis français se mit à genoux pour remercier le ciel de lui avoir sauvé la peau sur le court n°5. C’est que la catastrophe menaçait, après la terrible déroute de la veille. Les garçons seraient-ils capables de tous pointer à l’ANPE avant même la fin du 2e tour pour la première fois de l’histoire de Roland-Garros ? Et bien, un homme s’est levé, pas bien haut (1,73 m), mais il s’est levé quand même, et il a dit NON. Non, la France, et pas n’importe laquelle, mérite mieux que de pleurer ses Mousquetaires portés disparus avant même d’atteindre Calais.

Ancien numéro 2 mondial junior en 2018

Cet homme, c’est Hugo Gaston, ancien numéro 2 mondial chez les juniors. Une patte de gaucher délicieuse, comme Coco Moutet, des cuisses de taureau, et un sens de l’amorti à faire passer Benoit Paire pour un amateur de campagne. Le Japonais Nishioka, pourtant tombeur du Rafale Canadien Auger-Aliassime au premier tour, a fini par lâcher l’affaire, dégoûté par les variations du Français de 20 ans, qui ne va pas rester 239e mondial très longtemps s’il gagne en peu en puissance au-dessus de la ceinture. Ce sera une autre paire de manches dans deux jours contre le tank suisse Wawrinka, mais Thierry Champion, le responsable du haut niveau à la Fédération, pouvait profiter de l’instant. « Nishioka est un joueur dur à manœuvrer. Hugo l’a perturbé avec ses amorties et lui a cassé le rythme. Il a fait preuve de beaucoup d’intelligence tactique. Physiquement et mentalement il a été très bon également. C’est son match le plus abouti. Il a bien joué les points importants. Il a eu un petit coup mou à l’entame du 3e set, mais il a tout de suite su se remettre dedans. Je sais qu’il travaille bien avec son entraîneur Marc Barbier. » Il poursuit :

Après réussir à jouer aussi solide à Roland-Garros, c’est autre chose »

« Il a réussi le meilleur match de sa carrière »

Du haut de notre petite expérience en jeunes espoirs tricolores, on a été particulièrement séduits par la dimension physique de Gaston, qui n’a encore jamais joué un match en cinq sets de sa jeune carrière. En quatre sets, ce n’était d’ailleurs que le deuxième, après l’Open d’Australie en janvier, mais mercredi, ça n’avait plus rien à voir. « A Melbourne, il avait tenu deux sets contre Munar, et il avait craqué, se souvient le DTN Pierre Cherret. Mais comme c’est un garçon intelligent qui pose 10.000 questions sur le pourquoi du comment et qui travaille, on a vu la différence ».

En prévision, son entraîneur, Marc Barbier, lui avait concocté une séance de 6 heures la semaine passée pour simuler un effort de cinq sets. Le gamin n’avait pas moufté. « Il a réussi le meilleur match de sa carrière, le félicitait Champion. Il y a des petits gabarits qui réussissent sur le circuit. Nishioka a déjà fait tomber des bons joueurs et Schwartzman joue le feu en ce moment. Les petits gabarits manœuvrent bien. Et Hugo a une belle main, il compense son manque de talent par son intelligence de jeu ». On a aussi noté qu’il ne faisait jamais rebondir la balle au service. Un petit toc de jeunesse. Rien d’inquiétant, on connaît quelques gauchers maniaques qui n’ont pas mal réussi dans le tennis.