Tournoi de Bercy: Défait, blessé, pas numéro 1 français… Sale soirée pour Pouille, mais il s’en remettra

TENNIS Le Français, qui a joué avec une douleur derrière la cuisse, a été battu par Jack Sock en 8e de finale du Masters 1000 de Bercy…

N.C.

— 

Lucas Pouille lors de son 8e de finale à Bercy contre Jack Sock, le 2 novembre 2017.
Lucas Pouille lors de son 8e de finale à Bercy contre Jack Sock, le 2 novembre 2017. — Thomas SAMSON / AFP

Il y a des défaites comme ça qui font un peu plus mal au moral que d’autres. C’est en tout cas ce qu’on se disait jeudi soir en attendant Lucas Pouille, tout juste éliminé en 8e de finale du Masters 1000 de Bercy par Jack Sock.

Un revers qui prive le Nordiste d’une place de numéro 1 français pour la première fois de sa jeune carrière, qui ruine ses derniers espoirs de disputer le Masters de fin de saison à Londres, et pour lequel il a pris un risque car il a joué blessé. Ça fait beaucoup, mais Pouille n’était pas forcément plus abattu que ça.

  • La place de numéro 1 tricolore ? Tant pis. « Je n’y ai pas du tout pensé en fait. Ce n’est pas forcément une fin en soi. Ce qui compte pour moi, c’est d’être le plus haut possible à l’ATP, c’est tout ».
  • La place au Masters ? Tant mieux pour son grand pote David Goffin, que cette défaite qualifie officiellement. « Il le mérite sur cette saison. Il a connu un moment difficile à cause de sa cheville, mais depuis la demi-finale de Coupe Davis il est impressionnant ».

« Ça m’a gêné mais ce n’est pas une excuse »

Pour la blessure, en revanche, il va falloir y remédier. Et vite. En fait, Pouille s’est fait mal mercredi lors de sa victoire face à Feliciano Lopez. Un examen dans la soirée a révélé « un petit quelque chose » derrière la cuisse. Il a hésité à jouer ce 8e de finale, prenant sa décision seulement une heure avant la rencontre et alors qu’on lui avait « déconseillé », selon ses propres termes.

« Si je suis allé sur le court, c’est que je le sentais. Ça m’a gêné mais ce n’est pas une excuse », explique-t-il. Ce n’est pas une excuse pour sa défaite, mais ça pourrait être une petite inquiétude pour la finale de la Coupe Davis. « Ça va, il y a trois semaines complètes avant. L’important va être de se reposer, de se soigner, et de pouvoir attaquer à fond si je suis appelé à jouer ». De toute façon, il n’y a plus que cette finale dans le viseur désormais.