Tournoi de Bercy: «C’est douloureux de finir comme ça», Nicolas Mahut battu, blessé et un peu inquiet

TENNIS Le Français a perdu un match jouable en 8e de finale à cause d’une blessure à un mollet…

N.C.

— 

Nicolas Mahut au Masters 1000 de Bercy, le 1er novembre 2017.
Nicolas Mahut au Masters 1000 de Bercy, le 1er novembre 2017. — CHRISTOPHE SAIDI/SIPA

Ses fils ont eu beau s’égosiller avec des « allez papaaaa » stridents et touchants, Nicolas Mahut ne pouvait pas donner plus. Le Français, touché au mollet, a été sorti en 8e de finale du Masters 1000 de Bercy jeudi.

D’autant plus rageant que son bourreau, le Serbe Filip Krajinovic, issu des qualifications, était un adversaire à sa portée. « C’était une belle opportunité de jouer un quart de finale ici à Paris, je ne sais pas si elle se reproduira un jour », a-t-il regretté après la rencontre.

>> A lire aussi : Devenu n°1 mondial de double, Nicolas Mahut n'est plus le «perdant valeureux»

« C’est un 8e de finale à Bercy, je n’avais pas envie de quitter le tournoi comme ça »

Mahut s’est rendu compte très tôt que cela allait être très compliqué. Dès le début de la première manche, il a dû faire appel au kiné pour strapper son mollet. A le voir autant gêné dans ses déplacements, on a alors cru à l’abandon, surtout avec les échéances très importantes qui arrivent - le Masters de double et la finale de la Coupe Davis. Mais non. « J’avais envie d’essayer au maximum. Il y avait ma femme, mes fils et des amis dans les tribunes, c’est un 8e de finale à Bercy, je n’avais pas envie de quitter le tournoi comme ça », raconte-t-il.

Alors il s’est accroché. Après la perte du premier set (6-2), il a remporté le second (6-3). Mais le troisième était clairement de trop (6-3). « C'est douloureux de finir comme ça, ce n’est vraiment pas un moment agréable », avoue l’Angevin.

Mahut va passer une IRM dès jeudi soir pour connaître la gravité de la blessure. Et surtout savoir combien de temps il va devoir s’arrêter. Il ne voulait pas dire à chaud s’il était particulièrement inquiet. Pas besoin de parler de toute façon, son regard était là pour nous répondre.