US Open: Pour Arnaud Clément, «la prise de pouvoir de la jeune génération est imminente»

TENNIS Arnaud Clément évoque la cascade de forfaits qui touche le tournoi américain, qui va profiter aux jeunes…

Propos recueillis par Antoine Huot de Saint Albin

— 

Arnaud Clément a été le capitaine de l'équipe de France de Coupe Davis entre 2013 et 2015.
Arnaud Clément a été le capitaine de l'équipe de France de Coupe Davis entre 2013 et 2015. — LEON NEAL / AFP

Ils sont tombés comme des mouches. Les uns après les autres. Sans avoir même mis le pied à Flushing Meadows. Murray, Djokovic, Wawrinka, Raonic, Nishikori… Blessés, ils ont tous déclaré forfait pour le dernier tournoi du Grand Chelem de la saison, laissant la voie libre aux deux (vieux) mutants Federer et Nadal, revenus à leur meilleur niveau. Une hécatombe rare qui ne préoccupe pas plus que ça Arnaud Clément. L’ancien joueur et capitaine de l’équipe de France de Coupe Davis y voit même l’occasion pour ces joueurs de se refaire une fraîcheur pour revenir encore plus fort dans quelques mois.

>> A lire aussi : US Open: Pour son retour en Grand Chelem, Maria Sharapova sort la numéro 2 mondiale

Tous ces blessés pour l’US Open, c’est du hasard ou un fait que l’on va revoir dans les années qui viennent ?

C’est assez exceptionnel tous ces Top 10 qui ont déclaré forfait pour l’US Open et même ceux qui ont déjà mis un terme à leur saison prématurément [Djokovic, Wawrinka]. Mais je pense que cela reste un concours de circonstances.

Ces forfaits peuvent-ils s’expliquer par le rythme du circuit, une lassitude voire une forme de dépression qui se serait installée ?

Il y a peut-être un peu de ça, c’est vrai. Mais dès qu’il y a une cascade de blessures, c’est souvent le rythme du circuit qui est remis en question, avec le nombre de matchs joués… C’est vrai que le rythme est élevé, mais il y a des saisons où ça se passe beaucoup plus facilement, où on voit les meilleurs joueurs évoluer au top niveau sans blessure. Il peut aussi y avoir de la lassitude, mais l’US Open, c’est le dernier Grand Chelem de la saison et tout joueur de tennis est excité par un tournoi comme ça. Et il y a toujours des ambiances bien sympas. Quand on arrive là-bas, on est bouillant.

Est-ce que le matériel peut aussi jouer un rôle dans ces nombreuses blessures ?

Les cordages sont plus durs aujourd’hui, c’est plus éprouvant pour les articulations des joueurs. Même si cela amène un plus dans le jeu, le haut du corps, les poignets, les coudes et les épaules souffrent davantage. Après, on est quand même sur une nouvelle génération qui a grandi avec ce matos, donc le corps est habitué.

>> A lire aussi : Trois ans après, Rafael Nadal reprend la place de numéro 1 mondial

Les joueurs n’ont-ils pas besoin de plus se reposer ?

Des Murray, Wawrinka ou Djokovic, qui ont tous gagné un Grand Chelem, n’ont aucun intérêt, quand ils sont un peu diminués, à s’aligner au premier tour d’un tournoi comme ça. Leur objectif aujourd’hui, c’est de gagner un autre Grand Chelem. A partir du moment où ils ne s’en sentent pas capables, ils ne vont pas jouer avec le feu pour chercher un huitième ou un quart. Ils préfèrent se ressourcer car ils ont tous eu, dans les dernières années, des saisons extrêmement éprouvantes, que ce soit physiquement ou mentalement. Ces joueurs jouent plus que les autres, ils ont des petites douleurs supplémentaires.  Nadal est revenu au top après avoir coupé, pareil pour Federer… Ce n’est pas parce qu’on va s’arrêter quatre ou six mois que l’on ne revient pas à haut niveau. Quand ils sont de retour sur le circuit, ils sont frais mentalement et physiquement. Et je ne serai pas surpris que l’année prochaine Djoko, Wawrinka & co reviennent au top.

Du coup, pourrait-on voir augmenter le nombre de joueurs faire volontairement l’impasse sur des tournois du Grand Chelem, comme Federer à Roland-Garros ?

Sur les Grands Chelems, ça m’étonnerait, si les joueurs sont physiquement aptes à les disputer, ils ne feront pas l’impasse. Tout tennisman court après ce type de tournoi. Mais dans des tournois un peu moins importants, oui.

Avec cette cascade de blessés, la jeune génération peut-elle enfin franchir un cap à l’US Open ?

Je pense que la prise de pouvoir est imminente. Même s’ils n’ont pas gagné de Grand Chelem, ils sont déjà présents comme Dominic Thiem, qui a fait une demie à Roland et un quart à l’US Open, Alexander Zverev, qui a deux Masters 1000 dans la besace… Ils se retrouvent régulièrement dans le dernier carré et vont forcément jouer la gagne en Grand Chelem. Même Lucas Pouille est capable de se mêler à ces gars-là dans les prochaines années.

Mais que ce soit pour Pouille ou tous les autres Français, cette saison a été très compliquée. Seul Mannarino a des résultats en cette fin de saison…

Il y a différentes raisons : des blessures, évidemment, des pertes de confiance pour d’autres. Mais on n’est pas à l’abri qu’en cette fin d’année, les joueurs qui ont été blessés soient plus frais que d’autres et nous réservent des surprises. Si physiquement les problèmes sont réglés, ça va gagner à nouveau. Il y a la saison en indoor, la Coupe Davis… On peut être confiant, même s’ils ont été en retrait cette saison.

>> A lire aussi : Rap Contenders : Lucas Pouille répond à l’attaque du président de la FFT (et ça pique)