Roland-Garros: Pas lourd, sociable, humble... Mais pourquoi diable tout le monde aime Lucas Pouille?

TENNIS Tout le monde aime Lucas Pouille. On a essayé de comprendre pourquoi...

William Pereira

— 

Enlevez-nous photoshop (épisode 2)

Enlevez-nous photoshop (épisode 2) — SIPA (montage WP)

De notre envoyé spécial à Roland-Garros,

62 %. C’est la cote de popularité d’Emmanuel Macron au 20 mai, deux semaines après son élection à la présidence de la République. On n’a pas les chiffres pour Lucas Pouille, mais ils sont sans doute très élevés. Dans les travées du court Philippe-Chatrier, tous vibrent pour lui quand il est à l’action : les grands, les petits, les vieux, bref : tout le monde.

>> A lire aussi : US Open: Pourquoi Pouille est si fort ? Il est tout le contraire du joueur français habituel

De même sur le circuit, où vous ne trouverez pas foule de joueurs et joueuses – français ou étrangers - pour dire du mal du 17e mondial. On parle d’un type apprécié de Roger Federer, dont il est le sparring-partner depuis longtemps, et qui traîne avec David Goffin. Les compagnes des deux joueurs sont d’ailleurs, paraît-il, très amies. Confirmation du Belge. « C’est vrai, on est un petit groupe, on est souvent ensemble. Lucas est très sympa », nous dit-il.

Naturellement, on s’interroge. Pourquoi et comment Pouille s’attire toute la sympathie du monde ? Au doigt mouillé et après avoir fait travailler nos quatre neurones, on a a dégagé plusieurs pistes.

  • Il a une bonne gueule
  • C’est un gros bosseur
  • Il en fait pas des caisses sur le court
  • Il a une bonne comm’(pas aussi bonne que celle de Mbappé, n’abusons rien)
  • C’est un agent secret disposant de dossiers compromettants sur tous les joueurs du circuit qu’il menace de rendre public en cas de critique ouverte à son égard


Calme et discret… Au premier abord

Comme les suppositions ne suffisent pas, il fallait bien qu’on se sorte les mains des poches pour saisir le personnage qui se cache derrière le joueur. Première étape, la recherche Google. On tombe rapidement une interview accordée par l’intéressé à Tennis Magazine en septembre 2016, où il s’y décrit comme quelqu’un de discret au premier abord. Vous voyez le gros lourd hyper-tactile et excessivement en confiance à votre égard alors qu’il vous connaît depuis seulement 30 secondes ? Bah Pouille, c’est tout l’inverse.

« Lorsque je ne connais pas les gens, je ne vais pas les aborder facilement ou leur parler librement tout de suite. J’aurai toujours un peu de retenue. Je suis au premier abord un peu timide et je ne vais pas arriver en disant « Salut, ça va ? » comme si on se connaissait depuis 10 ans. Ce n’est pas moi. »

Non, ce n’est pas lui. Grégoire Barrere, 23 ans, actuel 210e à l’ATP et ami d’enfance de Lucas avec qui il a partagé sa chambre à l’Insep au même titre que Mathias Bourgue, en sait quelque chose. « Il est très humble et discret de nature, ça vient sans doute de sa mère qui est finlandaise et de nature très calme », nous dit-il. Pouille, toujours dans Tennis Mag, confirme : « oui, c’est sûr qu’elle est assez discrète, qu’elle ne se met pas en avant facilement. C’est la culture nordique qui veut cela et cela joue forcément. »

Check de gentlemen entre Pouille et Murray
Check de gentlemen entre Pouille et Murray - CHRISTOPHE SAIDI/SIPA

En l’occurrence, les influences scandinaves du joueur le plus hype du moment en France permettent en un sens de comprendre le pourquoi du comment de son taux d’appréciabilité. Barrere à l’explication:

« Il est resté très simple, il n’a jamais changé vis-à-vis de ses amis et proches. Il aurait pu prendre la grosse tête parce qu’il joue et s’entraîne avec les meilleurs, mais non. Au lieu de ça, il est resté très proche de Mathias et moi. »

« C’est quelqu’un de très sociable »

Mais vraiment très proche. Le genre à perdre prématurément au Masters 1000 de Rome pour filer rejoindre ses deux grands potes sur un tournoi mineur. « Avec Mathias, on était sur un Challenger à Bordeaux en double. Il nous a appelés de lui-même pour nous dire qu’il viendrait passer deux jours avec nous », précise Barrere. Et David Goffin d’enchaîner : « Lucas est super-chouette, il est toujours partant quand vous lui proposez quelque chose. C’est quelqu’un de très sociable » Traduction, il dégagera toujours du temps libre pour un resto, un ciné, une sortie. D’autant qu’il déteste rester seul à ne rien faire à en croire ses deux amis.

On l’a bien compris, Lucas Pouille chante la vie, il danse la vie, il n’est qu’amour (une référence cinématographique de prestige se cache dans cette phrase). Mais est-ce bien authentique ? Sous couvert de subjectivité, Grégoire Barrere nous garantit sans surprise que oui.

« Il véhicule une très belle image mais rien n’est faux. Tout ce qu’il le fait, c’est naturel. Il est plus discret et mature sur le court, mais quand il est avec Mathias et moi, c’est limite lui le plus fou de nous trois. »

Il se marre avec ses potes, salue le public pour le remercier de ses encouragements, signe des autographes, se montre réservé avec les gens qu’il ne connaît pas, respecte ses aînés (jurisprudence Federer et Wawrinka)… En fait, le secret de Lucas Pouille est tout con : c’est juste un gars bien élevé.