Roland-Garros: On vous a traduit les meilleurs passages du règlement intérieur

TENNIS On s’est plongé dans le règlement intérieur du tournoi parisien, et s'y cachent quelques beaux passages... 

Annabelle Laurent

— 

Il est interdit de "faire usage d'instruments de musique". Donc le Popopopopo...olé à l'accordéon, c'est non.
Il est interdit de "faire usage d'instruments de musique". Donc le Popopopopo...olé à l'accordéon, c'est non. — J.E.E/SIPA

A Roland-Garros,

Si vous êtes déjà allé à Roland-Garros autrement que par écran interposé, on ne doute pas que vous vous soyez, à l’inverse de nous, assuré que votre attitude se conformait au règlement intérieur. On a bien vu un Anglais se faire prier de regagner son espace VIP parce qu’il se baladait pépouze avec une bouteille de champagne et une coupe à la main (« You cannote wolk like zis in Roland-Garros »), et un supporter renoncer à la hampe de son drapeau français avant d’entrer sur le Central pour soutenir Richard. Mais il nous manquait les détails. Affiché aux portes du Stade, aux consignes et consultable sur le site de la billetterie, voici donc: le Règlement intérieur 2016.

Notre attention se concentre sur le chapitre « Comportements ».

Règlement intérieur de 2016.
Règlement intérieur de 2016. - https://tickets.rolandgarros.com

Sont ensuite déroulées les règles valables « dans l’enceinte du Stade », comprenez tous les courts de tennis mais aussi les espaces de réception ou les allées. Au milieu des interdictions incontournables et plutôt rassurantes (provocation à la haine, jet de projectiles, comportement raciste, sexiste ou injurieux, etc.), on a trouvé de beaux passages, vraisemblablement inspirés de la logique «jamais trop prudent». Parce qu’il y en a, des choses que vous comptiez faire à Roland, bande de fauteurs de trouble. 

1. Il est interdit de se livrer à des courses, bousculades, glissades ou escalades

Les bâches ou la tentation ventriglisse
Les bâches ou la tentation ventriglisse - Kunihiko Miura/AP/SIPA

Non-non-non, on ne va pas faire de concours de glissades sur les bâches quand il pleut, même si on s’ennuie ferme. Même si Intervilles apprécierait beaucoup l’hommage. Même si ça ferait de supers Olympiades.

On ne dégaine pas chaussons et corde pour escalader la tribune et avoir une meilleure vue. Ou pour aller faire la bise à Nelson sur la terrasse de France Télévisions.

2. De planter ou d’entretenir des plantes, sauf autorisation expresse de la FFT

On vous voit venir avec vos sachets de graines Jardiland que vous allez venir semer un peu partout parce qu’il vous faut du basilic frais pour vos tomates-mozza cet été. C’est un grand non. On ne vient pas non plus la nuit planter un olivier au milieu du Central, même si c’est pour souhaiter la réconciliation entre Alizé Cornet et l'Allemande Tatjana Maria. Ou celle entre les cieux et la terre battue, Stan Wawrinka et le style, etc.

3. D’arracher ou de prendre des plantes, de cueillir des fleurs, de mutiler les arbres ou d’y monter

On ne cueille pas les jolies fleurs qui décorent les espaces VIP.  Un couple d'Anglais (Teresa et Andrew Howard) bosse dur toute l’année dans l’Orne pour ça.

On ne monte pas aux arbres, on n’y construit pas de cabane pour y passer la nuit et gruger la sécurité.

4. De dénigrer la FFT, le Stade et/ou Roland-Garros 

A peine franchie la porte A, E, I ou celle que vous voulez, on chante la vie, on danse la vie, on n’est qu’amour pour la FFT.

On dit par exemple: «La FFT, c’est vraiment une super fédé». Même si vous ne savez pas ce que c’est.
On ne dit pas: «Je reviens de Wimbledon, c’était tellement mieux» (valable avec tous les tournois du monde).
Ni «Mais c’est POUR QUAND CE TOIT, b… de… m».

Pour ce qui est des 2h01 jouées par Djokovic un jour de pluie où les remboursements s’arrêtent à 2h? On garde sa colère bien à l’intérieur. Pas de dénigrements dans l’enceinte du Stade, on a dit.

5. De jeter ou déposer des graines ou nourriture pour les oiseaux

Non, non et non, on ne se prend pas de pitié pour les pigeons de Roland - que viennent chasser les rapaces avant l’ouverture et à la clôture des portes - en les nourrissant avec les miettes de son sandwich (doit-on vous rappeler qu’il vous a coûté 5,5 euros).

On ne joue pas à Ghost Dog.

6. De pratiquer des jeux de balles ou de ballons

Remballez vos ballons, on ne vient pas se faire un petit urbanfoot au nez et à la barbe des tennismen.

Ça leur rappelle que leur sport est dix mille fois moins suivi que le foot et l’Euro, et ça, c’est insolent (voire salaud).

On vient encore moins avec sa balle de kin ball qui va cacher la vue à tout le monde.

7. De diffuser de la musique ou de faire usage d’instruments de musique

Toi le collégien qui doit réviser ton morceau de flûte pour demain et juges que les tribunes de Roland-Garros seraient l’endroit parfait : du balai. Pour les adultes, on ne vient pas accompagner le « popopopopo… » au saxo ou à l'accordéon. Ni au ukulélé, aussi cool le ukulélé soit-il.

On ne vient pas non plus un ghetto blaster sous le bras diffuser du Beyoncé en tribunes pour chauffer un peu l’ambiance. Même pour le match de Serena.

@beyonce 🍋🍋🍋🍋

A photo posted by Serena Williams (@serenawilliams) on

8. De circuler en trottinette, planche à roulettes, patins à roulettes, bicyclette ou véhicule motorisé

Parce qu’on ne rigole pas avec le style porte d'Auteuil. Donc ouste les trottinettes.