Cinq sports originaux à tester à la rentrée

LOISIRS Les déçus des sports traditionnels y trouveront leur compte…

Nicolas Beunaiche

— 

Illustration floorball.

Illustration floorball. — SPORT & FUN PHOTOGRAPHIE / JOSSELIN DEBRAUX

Le kin-ball, le floorball, l’ultimate… A l’ombre des terrains de football et des courts de tennis, ces sports aux noms improbables commencent tout juste à se faire une petite place dans les villes. Encore très peu connus, ils sont pourtant pratiqués dans des clubs et attirent chaque année plus d’adeptes. Tour d’horizon de la rentrée à destination de ceux qui hésiteraient encore à rechausser leurs crampons de football ou leurs chaussures de basket.

Le kin-ball

Règles et but du jeuLe kin-ball se joue à trois équipes de quatre joueurs. Il consiste à frapper dans un ballon énorme de manière à le mettre hors de portée de l’équipe que l’on a désignée. L’équipe gagnante est la première qui parvient à remporter trois périodes de 12 points. Particularité: on ne peut s’adresser à l’arbitre que sous forme de question!

Infos pratiques: Il existe une vingtaine de clubs en France, la plupart dans le Grand Ouest et en région parisienne, pour 400 licenciés. Une licence coûte en moyenne 60-65 euros pour un adulte, la moitié pour un junior. Quant à l’équipement: short, T-shirt, chaussures de salle et genouillères.

L’avis du spécialiste: «Le kin-ball se pratique quels que soient son gabarit, son sexe ou son passé sportif, assure Davy Dufour, président de la fédération française. On progresse très rapidement et surtout, on s’amuse. Les valeurs de fair-play et de respect y sont très importantes.»

Le speed badminton

Règles et but du jeuLe speed badminton se joue à deux joueurs munis d’une raquette et d’une espèce de volant lourd et rapide appelé speeder. Il ressemble donc au badminton, à la différence près qu’il n’y a pas de filet. Le gagnant est le premier joueur à atteindre 16 points.

Infos pratiques: Une soixantaine de clubs, un peu partout en France, accueillent actuellement 15.000 à 20.000 joueurs. La licence coûte douze euros, auxquels il faut ajouter entre 60 et 100 euros en moyenne, selon les clubs. Un set (un kit comprenant deux raquettes et trois speeders) coûte 50 euros en entrée de gamme.

L’avis du spécialiste: «Au speed badminton, tout le monde peut jouer avec tout le monde. Le rapport de forces est bien moins important qu’au tennis, explique Jocelyn Perdreau, président de la fédération. Les joueurs viennent y trouver un côté fun et atypique, mais aussi une convivialité qui n’existe souvent plus dans le badminton classique.»

Le tchoukball

Règles et but du jeu: Sport réputé sans blessures, le tchoukball consiste à marquer des points en faisant rebondir un ballon sur un trampoline (appelé «cadre»), de telle sorte que l’adversaire ne puisse le rattraper avant qu’il touche le sol. Il se joue à deux équipes de six à neuf joueurs.

Infos pratiques: 350 licenciés pratiquent le tchoukball dans 13 clubs à travers la France, principalement dans l’Est. Pour s’y inscrire, il en coûte environ 40 euros en moyenne de licence, et le prix d’une paire de genouillères.

L’avis du spécialiste: «Notre sport associe activité physique et amusement. Les relations qu’on y développe sont sympathiques, pas dans l’antagonisme, soutient Laurent Bellenguez, président de la fédération française. Le tchoukball présente aussi l’avantage d’être mixte et de mixer les générations.»

L’ultimate

Règles et but du jeu: Sur un terrain de handball, deux équipes de sept joueurs (cinq en salle) doivent réceptionner un frisbee dans la zone de but adverse en se faisant des passes.

Infos pratiques: 3.000 joueurs pratiquent l’ultimate dans 75 clubs en France. Des chiffres en forte croissance. La licence coûte entre 25 et 45 euros, selon que l’on fait de la compétition ou non, l’adhésion aux clubs entre 55 et 250 euros. Un frisbee vaut, lui, environ 12-13 euros.

L’avis du spécialiste: «Les pratiquants de l’ultimate viennent y chercher un état d’esprit: l’autoarbitrage, la mixité, la convivialité des tournois… analyse Franck Leygues, président de la fédération. Ce sport développe aussi la responsabilité individuelle, en plus d’être très fun.»

Le floorball

Règles et but du jeu: Aussi appelé unihockey, le floorball est un sport où deux équipes de quatre ou six joueurs s’affrontent en salle ou en extérieur, le but étant de mettre une balle dans le but adverse à l’aide d’une crosse.

Infos pratiques: La barre des 1.000 licenciés vient d’être franchie. Une trentaine de clubs accueillent les pratiquants, qui peuvent s’inscrire contre le paiement de 100 euros maximum. La crosse (30 à 90 euros) est en général prêtée, et il suffit alors de s’équiper en genouillère ou en protège-tibias.

L’avis du spécialiste: «Il s’agit d’un sport très physique, à l’image du squash, puisque la balle ne sort jamais du terrain, décrit Josselin Debraux, membre de la fédération. Mais c’est aussi un sport très ludique. Quand on commence, on ne peut plus s’arrêter.»

Mots-clés :