Projet de Ligue mondiale: Face à la menace de boycott du Mondial 2019, World Rugby met de l'eau dans son vin

RUGBY World Rugby se dit favorable à un système de promotion-relégation qui permettrait de ne pas exclure les nations du Pacifique de la Ligue mondiale

A.L.G. avec AFP

— 

Brett Gosper, le directeur exécutif de World Rugby.
Brett Gosper, le directeur exécutif de World Rugby. — Sajjad HUSSAIN / AFP

Après l’appel au boycott du Mondial 2019 au Japon lancé par Le Pacific Rugby Players Welfare (PRPW), le syndicat représentant les joueurs des Fidji, Tonga ou Samoa, la réponse de World Rugby ne s’est pas fait attendre. La Ligue mondiale de rugby, que souhaite mettre sur pied World Rugby, n’exclurait pas les équipes du Pacifique, qui pourraient y accéder via une promotion-relégation « fondée sur le mérite », a déclaré samedi son directeur exécutif, Brett Gosper, deux jours après des révélations contraires du quotidien New Zealand Herald.

« La participation serait fondée sur le mérite en fonction du classement à un moment donné. Il n’est donc pas question d’exclure les îles du Pacifique », a éclairci l’Australien de 59 ans en poste depuis 2012. « La compétition à deux divisions offrirait plus de possibilités aux joueurs et assurerait la stabilité financière des unions syndicales », a-t-il poursuivi, ajoutant qu’il s’agissait « d’une discussion en constante évolution avec toutes les parties prenantes ».

Jeudi, le New Zealand Herald assurait que cette Ligue serait lancée dès 2020 avec 12 pays : ceux qui participent au Tournoi des six nations ; ceux de l’actuel Rugby Championship (la compétition entre les quatre grandes nations de l’hémisphère sud), auxquels s’ajouteraient le Japon et les Etats-Unis. Excluant de fait les nations du Pacifique (Fidji, Samoa, Tonga) qui fourmillent de joueurs de talent mais survivent avec des moyens financiers limités. Immédiatement, de nombreux joueurs ont reproché à World Rugby d’abandonner ces nations en manque de soutien pour l’appât du gain.