Stade Toulousain: Dix ans après, l'international Maxime Mermoz revient au bercail (et il n'arrive pas seul)

RUGBY Le Stade Toulousain a officialisé ce mercredi le recrutement des centres Maxime Mermoz et Théo Belan…

N.S.

— 

Le trois-quarts centre Maxime Mermoz sous les couleurs du club anglais de Newcastle face aux Gallois de Newport en Challenge européen, le 13 octobre 2017.
Le trois-quarts centre Maxime Mermoz sous les couleurs du club anglais de Newcastle face aux Gallois de Newport en Challenge européen, le 13 octobre 2017. — Ch. Lishman / Shutterstock / Sipa

Si Serge Reggiani était encore de ce monde, il aurait peut-être composé une chanson pour le retour de Maxime Mermoz au Stade Toulousain, sur l’air de L’Italien : « C’est moi, c’est l’Spinalien, je reviens de si loin, la route était mauvaise ». Dix ans après son départ, le trois-quarts centre international (31 ans, 35 sélections), natif d’Epinal, revient dans son club formateur.

Entre-temps, Mermoz s’est révélé à Perpignan, avant de rejoindre Toulon, puis Leicester et Newcastle. Depuis qu’il a traversé la Manche en février 2017, le joueur a quelque peu disparu des radars, gêné notamment par un problème d'oreille.

Quatre arrivées pour quatre départs au centre

Mermoz est l’un des quatre centres recrutés à l’intersaison par le Stade. Après l'international néo-zélandais à VII Pita Ahki (25 ans, Connacht, Irlande) et l’Agenais Pierre Fouyssac (23 ans), le club a également annoncé ce mercredi la signature de Théo Belan. Le joueur de 25 ans, formé à Toulon, débarque de Lyon. Comme Mermoz, il a signé pour les deux prochaines saisons.

Le quatuor devra assumer la succession des partants Yann David (Castres), Florian Fritz (arrêt), Wandile Mjekevu (Perpignan) et Gaël Fickou (Stade Français). Et aider le club le plus titré de France à dépasser les barrages du Top 14, sur lequel les illusions toulousaines se sont fracassées cette saison, face au futur champion castrais.