Stade Toulousain-Castres: C'est le CO qui défiera le Racing 92 en demi-finale.... Revivez ce barrage du Top 14

RUGBY Le Stade Toulousain et le Castres Olympique se rencontraient ce samedi en match de barrage du Top 14. Le vainqueur défiera le Racing 92 en demi-finale, samedi à Lyon…

Nicolas Stival

— 

L'ailier castrais Armand Batlle inscrit le premier de ses deux essais face au Stade Toulousain en barrage du Top 14, le 19 mai 2018 au stade Ernest-Wallon.
L'ailier castrais Armand Batlle inscrit le premier de ses deux essais face au Stade Toulousain en barrage du Top 14, le 19 mai 2018 au stade Ernest-Wallon. — P. Pavani / AFP

TOULOUSE - CASTRES: 11-23

18h15: C'EST FINI!!!  Comme Lyon la veille à Toulon, Castres a réussi à se qualifier à l'extérieur lors de ses barrages du Top 14. Le CO a surmonté le carton rouge de Jenneker à l'heure de jeu et contrôlé le bref baroud toulousain qui s'est en suivi. Les hommes de Christophe Urios méritent largement leur quatrième succès d'affilée face au Stade Toulousain. Ils iront défier le Racing-Métro 92 en demi-finale, samedi à Lyon au lendemain d'un inattendu Montpellier - LOU.

Merci de nous avoir suivi!!! Les fans de sport pourront retrouver le multiplex de la dernière journée de Ligue 1 ce soir dès 21 h, avec un TFC en très mauvaise posture. Sale période pour le sport toulousain.

79e: Le CO récupère un ballon à 30 mètres de la ligne toulousaine. On peut dire que c'est plié.

77e: « Et ils sont où les Toulousains » chambrent les supporters du CO à Ernest-Wallon.

74e: ET C'EST LA SORTIE DE FLORIAN FRITZ, SOUS UNE ENORME OVATION. Le centre toulousain et futur retraité (34 ans) a sans doute joué le dernier match de sa carrière.

 

74e: Pendant ce temps, à Castres...

 

72e: Encore une attaque toulousaine, stoppée par un en-avant (?) de Doussain. Le banc stadiste, notamment Ghiraldini, Pointud, Tekori et T. Gray apporte beaucoup. Mais 12 points en huit minutes, ça fait beaucoup à rattraper.

67e: Les Toulousains ont choisi de reprendre une mêlée, mais finissent à leur tour par être pénalisés. En même temps, ce n'est pas comme si on ne savait pas que les Castrais, même s'ils étaient réduits à deux, ne lâcheraient rien (oui, je sais, ce n'est pas possible, mais c'est une image...)

66e: Protocole commotion pour Maxime Médard, remplacé contre son gré par Wandile Mjekevu. Bon, ça fait bien cinq minutes que le match est arrêté, là. 

63e: Forcément, «les mouches ont changé d'âne», pour citer un glorieux ancien. Toulouse récupère une nouvelle pénalité en face des perches, mais choisit logiquement la mêlée, après l'expulsion du talonneur castrais. On croyait ce match plié, mais le coup de sang de Jenneker a changé la donne.

60e: Tiens, une réaction toulousaine ! Après un féroce combat devant la ligne d'en-but castraise, le talonneur remplaçant Leonardo Ghiraldini marque LE PREMIER ESSAI DU STADE. Mais l'arbitre M. Poite demande la vidéo ! Tout Ernest-Wallon revoit les différents mauvais gestes qui ont émaillé cette action. Le talonneur castrais Jody Jenneker reçoit UN CARTON ROUGE pour une agression sur Maxime Médard. L'essai est validé, mais Ramos, décidément dans le doute, ne transforme pas (11-23).

55e: En-avant de Fickou sur une percussion, ballon perdu dans un regroupement. Le festival à l'envers des Toulousains se poursuit.

53e: Dominés eux aussi par les Castrais à domicile, les supporters toulousains tentent de réveiller leur équipe. Mais le sommeil est profond...

51e: Les supporters du Stade Toulousain (allégorie).

 

48e: Et TROIS POINTS DE PLUS POUR CASTRES, grâce à une pénalité de Rory Kockott. C'est une boucherie (ovalie) (6-23).

44e: Les Castrais ratent une pénalité lointaine par Kockott mais reviennent camper dans les 22 toulousains, après une nouvelle grossière erreur stadiste. Et ARMAND BATTLE PLANTE UN DOUBLE !!! Urdapilleta transforme le deuxième essai castrais. Cela sent très, très bon pour les Tarnais (6-20).

41e: L'ouvreur castrais Urdapilleta tape le coup d'envoi de la seconde mi-temps. Le CO est à 40 minutes d'une demi-finale à Lyon samedi prochain, contre le Racing 92.

17h15: Les joueurs du Stade Toulousain sont revenus sur la pelouse bien avant leurs homologues castrais. Un grand classique chez les équipes dominées en première période. Reste à voir si la physionomie de la rencontre va changer.

40e: La mi-temps s'achève par une pénalité de 40 m en face ratée par Thomas Ramos ! UN BEAU SYMBOLE DE LA MI-TEMPS RATEE DES TOULOUSAINS. Les Castrais sont en tête et c'est amplement mérité ! On se retrouve tout à l'heure, après une pause salutaire!

39e: Comme lors du match de la phase régulière, on n'entend que les supporters castrais dans Ernest-Wallon. A l'image de leur équipe, les fans Rouge et Noir vont devoir se réveiiller.

37e: Il aura fallu attendre la toute fin de première période pour voir une offensive toulousaine digne de ce nom. Mais ça ne donne rien, et les Castrais trouvent une touche que l'alignement stadiste perd dans la foulée...

35e: ET TROIS POINTS DE PLUS POUR URDAPILLETA. La pénalité de l'Argentin donne sept longueurs d'avance aux Castrais (6-13).

34e : A retenir : l’ailier toulousain Cheslin Kolbe va plus vite que son homologue castrais David Smith. Mais le Stade a encore eu très chaud avec une offensive castraise dans ses 22 mètres gâchée par un en-avant. Et les « CO, CO » des supporters tarnais transforment Ernest-Wallon en nouveau stade Pierre-Fabre.

31e: Décidément, ça ne va pas fort pour le Stade. Le pilier champion du monde Charlie Faumuina va au sol et garde le ballon, alors que les soutiens tardent à venir. La pénalité est pile sur la ligne médiane, pile en face. Mais la frappe de Kockott passe à droite des poteaux. C'est le premier échec d'un buteur cet après-midi.

25e: Quasiment depuis la ligne médiane, Rory Kockott tente une pénalité décalée sur la droite. Et ce diable de Castrais la passe ! LE CO REPREND UN PEU D'AIR (6-10). 

23e: Vu comment ça s'envoie sur le terrain, on est bien content d'être derrière son clavier quelques mètres plus haut, en tribune de presse. Fin de l'aparté.

20e: Nouvelle faute du CO, à dix mètres de sa ligne d'en-but. Tellement facile pour Ramos qu'il pourrait la taper du talon. Mais l'arrière stadiste ne prend pas de risque et TOULOUSE REVIENT A UN POINT DE CASTRES (6-7).

19e: Mais oui Matthieu, absolument !

 

16e: Première pénalité à tenter pour Thomas Ramos, l’exécuteur des hautes œuvres côté toulousain. Et ça passe aussi ! Les buteurs sont à la hauteur de leur réputation pour l’instant (3-7).

12e: LE PREMIER ESSAI DU MATCH EST CASTRAIS !!! Le Stade Toulousain perd un lancer en touche. En bout de ligne, à l'issue d'une attaque aussi classique que bien menée, Armand Batlle aplatit derrière l'en-but. Benjamin Urdapilleta transforme, et ça fait 7-0 pour le CO.

8e: Enorme phase à 1000 temps de jeu des Castrais dans les 22 m toulousains ! Le centre Taumoepeau perce mais est repris à quelques mètres de l'en-but. Finalement, un Tarnais commet un en-avant et Fickou renvoie le jeu dans le camp adverse.

4e: Quand la projection d’un joueur castrais en touche fait rugir Ernest-Wallon comme s'il s'agissait d'un essai… Elle est là, la magie des phases finales, dont le public toulousain avait été privé l’an dernier !

16h15 : C’EST PARTI !!! Pyrotechnie, drapeaux, encouragements des supporters toulousains (majoritaires) et castrais (très bruyants). Pour citer Benoît Poelvoorde-Bernard Frédéric dans Podium, à côté de cette ambiance, « [le regretté] Johnny Hallyday au Stade de France, c’est un Playmobil dans un évier ! »

16h13: Pour commencer, la compo des équipes bien sûr. La grosse sensation côté toulousain, c'est l'absence de Yoann Huget, l'ailier international, sur la feuille de match. Cheslin Kolbe et Maxime Médard lui sont préférés dans le XV de départ, et Wandile Mjekevu, capable d'évoluer au centre, sur le banc. L'Ariégeois a toutefois participé à l'échauffement de ses coéquipiers, ne lésinant pas sur les encouragements. Les valeurs, encore et toujours...

 

16h10: Bienvenue à Ernest-Wallon, cinq minutes avant le coup d'envoi d'un match qui a rempli le stade pour la cinquième fois cette saison. L'ambiance est bien moins guindée que du côté de Windsor et on va, je pense, passer un bon petit moment ensemble !

Un stade à guichets fermés (près de 19.000 spectateurs), une rivalité cultivée par l’Histoire et les petits 70 km qui séparent les deux villes. Le duel entre le Stade Toulousain et le Castres Olympique, ce samedi, donne l’eau à la bouche. Le lauréat de ce barrage gagnera le redoutable honneur d’aller défier le Racing 92, récent finaliste de la Coupe d'Europe, samedi à Lyon.

Les Tarnais restent sur trois victoires consécutives face aux Haut-Garonnais, dont un succès à Ernest-Wallon, le 2 décembre dernier, le premier depuis 39 ans (31-41) ! Mais les Toulousains, de retour en phase finale après une année d’éclipse, entendent bien laver l’affront.

>>> Parce que vous aimez les matchs qui « piquent » et que vous avez envie d’assister à d’autres échanges que ceux des consentements d’un mariage, fût-il princier, rendez-vous ici même dès 16 h 10.