Championnats de France de natation: Yannick Agnel, si t’es encore dans la vague, lève le doigt

NATATION Yannick Agnel va devoir se battre à Montpellier cette semaine pour espérer aller à Rio…

B.V.

— 

Yannick Agnel, le 22 novembre 2015, aux championnats de France de natation en petit bassin.
Yannick Agnel, le 22 novembre 2015, aux championnats de France de natation en petit bassin. — JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

Comme lorsqu’on orbite autour d’un trou noir, le temps file plus vite quand on vit dans l’eau. Il y a à peine deux ans, 20 Minutes vous expliquait comment Yannick Agnel se préparait à être le premier à claquer le triplé « 100, 200, 400 » aux Jeux de Rio. A six mois du rendez-vous brésilien, la question est désormais de savoir s’il va simplement réussir à arracher un ticket pour les JO lors des championnats de France, cette semaine à Montpellier. Sa chance, il la jouera cet après-midi vers 18h, lors de la finale du 200 m.

Mais depuis ces derniers mois, Agnel a renoncé à sa vie aux Etats-Unis avec le coach-gourou Bob Bowman, s’est réinstallé à Mulhouse sous les ordres de Lionel Horter, a perdu son amie Camille Muffat, a déclaré forfait pour les Mondiaux 2015 à cause d’une pleurésie et galéré à retrouver son niveau. Devenue la star de la natation française après ses titres olympiques à Londres, il est aujourd’hui, à 23 ans, « en reconstruction », comme il l’expliquait en novembre dernier. Loin, très loin dans l’ombre de Florent Manaudou.

Sa seule chance sur 200 mètres

« Il est impatient, a vraiment envie d’en découdre, explique sa conseillère Sophie Kamoun, consultante des championnats de France pour BeIN Sports. Ça fait trop longtemps qu’il n’a pas nagé à haut niveau, ça lui manque. C’est quelqu’un qui se nourrit de la confrontation. » Et il va en falloir beaucoup pour gagner les deux secondes qu’il lui manque cette saison pour atteindre le minima olympique sur 200 m (1:46.06), la seule distance sur laquelle il semble avoir une chance, même s'il va aussi s'aligner sur 100.

Et il est difficile d’expliquer pourquoi. Certains évoquent un problème mental lié à son année 2015 cauchemardesque. « Il est bien dans sa tête, coupe Sophie Kamoun. Il est extrêmement impliqué, n’a pas raté un seul entraînement depuis septembre. Son long break de l’été dernier fait qu’il se sent de mieux en mieux. Sa forme va aller crescendo au cours de la saison. »

>> A lire aussi : Florent Manaudou se verrait bien faire les JO... en handball

Invité comme toutes les stars de la natation française à la conférence de presse pré « France »,  Agnel a préféré envoyer son entraîneur Lionel Horter pour assurer qu’il n’est « pas inquiet » et que son poulain « va bien ». Moins présent dans les médias, parti dans plusieurs stages longs et lointains (Espagne et Thaïlande), Agnel s’est-il ‘bunkerisé’ ? « C’est peut-être une volonté des médias de faire croire cela, mais c’est simplement qu’il y a moins de sollicitations. Il a eu quelques demandes et a répondu positivement à chaque fois. Sa dernière course importante date de plus d’un an, forcément il est moins sous le feu des projecteurs. »

La dernière fois qu’il l’avait été, c’était après son titre national sur 200 mètres en petit bassin, fin novembre. Et il avait alors lancé : « Je n'écoute pas les gens et si je n'ai qu'une seule chose à leur dire, c'est: ne m'enterrez pas trop vite. Voilà. Ne m'enterrez pas trop vite. » C'est ce que disait aussi Uma Thurman, non?