20 Minutes : Actualités et infos en direct
SECURITECiotti juge « très risquée » la cérémonie d’ouverture des JO sur la Seine

JO de Paris 2024 : Éric Ciotti juge « en l’état très risquée » la cérémonie d’ouverture sur la Seine

SECURITEAlors que la menace terroriste pèse sur la France, le président de LR estime qu’il « faut penser à un plan B, par exemple au Stade de France, dans un lieu fermé et sécurisé »
Le président du parti Les Républicains Eric Ciotti, à Nice le 15 septembre 2023
Le président du parti Les Républicains Eric Ciotti, à Nice le 15 septembre 2023 - SYSPEO / SIPA
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Éric Ciotti s’inquiète de la sécurité pour les JO de Paris 2024. Le président du parti Les Républicains a ainsi suggéré samedi de renoncer à organiser sur la Seine la cérémonie d’ouverture.

« L’attentat de la Tour Eiffel a montré nos immenses fragilités en matière de sécurité. Dans ce contexte, le scénario de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques sur la Seine me paraît en l’état très risqué », a déclaré le patron de LR dans une interview au Parisien mise en ligne samedi soir. « Il faut penser à un plan B, par exemple au Stade de France, dans un lieu fermé et sécurisé. Je demande au gouvernement de n’avoir aucun tabou lorsqu’il s’agit de la sécurité des Français », a-t-il ajouté.

Des « plans Bis » plutôt qu'un « plan B »

Les organisateurs des Jeux ambitionnent d’organiser une cérémonie d’ouverture grandiose le 26 juillet à Paris, au cours de laquelle les délégations d’athlètes descendront la Seine à bord de péniches devant des centaines de milliers de spectateurs. Le spectacle doit être réglé par le metteur en scène Thomas Jolly.

La question de la sécurité pendant cette cérémonie d’ouverture a été relancée par l’attentat commis le 2 décembre à proximité de Tour Eiffel par un islamiste radicalisé qui a tué un touriste germano-philippin et blessé deux autres personnes.

Dès le 4 décembre, la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra avait assuré que la délocalisation de cette cérémonie n’était pas l' « hypothèse » de travail du gouvernement. « On n’a pas de plan B, on a un plan A dans lequel il y a plusieurs plans Bis », avait-elle affirmé, soulignant notamment la possibilité de moduler le nombre de spectateurs qui seront admis à y assister.

Sujets liés